Règlement intérieur - النظام الداخليّ

Pour lire le Règlement intérieur en arabe (en préparation)

1. Préambule
Le Collège Notre-Dame de Jamhour est un établissement scolaire libanais relevant de la Compagnie de Jésus. Il repose sur des valeurs et des principes consignés dans son Projet éducatif, que chacun doit respecter. L’objectif primordial de ce Règlement intérieur est d’assurer le cadre pédagogique nécessaire au bon fonctionnement de la vie collective et à des relations de qualité entre les différentes personnes concernées. De même, il se veut comme un outil de formation à la responsabilité et à l’autodiscipline. Selon le règlement, toute personne doit respecter la personnalité, les convictions, les paroles et les actes des autres. Toute atteinte physique ou morale envers autrui est ainsi condamnée. Les élèves qui atteignent l’âge de la majorité légale ne peuvent s’en prévaloir pour traiter directement avec le Collège de leurs difficultés scolaires et disciplinaires. Les parents sont toujours responsables d’eux. L’inscription et la réinscription annuelle au Collège valent acceptation du présent règlement.

2. Organisation de l'établissement

2.1. Horaires

Horaire de l'administration

  • du lundi au vendredi : de 7h30 à 15h / de 8h à 13h pendant les vacances scolaires.

Horaire scolaire

 

 

2.2. Entrées et sorties des élèves, Circulation des voitures

L’arrivée des élèves avant les cours et leur départ après les cours s’effectuent selon les directives données par le personnel préposé à cet effet. Pour la sécurité de tous, les conducteurs des véhicules doivent scrupuleusement respecter les consignes données par le Collège quant à la circulation et au stationnement. Le Collège se réserve le droit de prendre des mesures à l’égard des contrevenants.

2.2.1. Les élèves ne peuvent quitter le Collège pendant l’horaire scolaire. Les sorties occasionnelles supposent que les parents récupèrent leur(s) enfant(s) du Collège, suite à une demande spécifique et écrite, adressée au préfet.

2.2.2. En cas de malaise ou d’indisposition survenant à un élève dans la journée, le préfet peut l’autoriser à quitter le Collège, sur avis de l’infirmière, qui en informe ensuite les parents.

2.2.3. Les élèves doivent quitter l’enceinte du Collège dès la fin des classes, à moins qu’ils ne participent à des activités parascolaires ou à des mouvements qui exigent leur présence au Collège.

2.2.4. La présence des élèves sur le campus en dehors de l’horaire scolaire doit être justifiée.

2.2.5. Les élèves ne sont pas autorisés à conduire une voiture ou une motocyclette dans l’enceinte du Collège, même s’ils sont détenteurs d’un permis de conduire.

2.2.6. Les voitures privées ne peuvent stationner que sur les emplacements désignés. Elles doivent obligatoirement déposer et récupérer les élèves aux espaces prévus à cet effet.

2.3. Comportement en autocar

L’autocar est un moyen de transport et, aussi, un lieu de vie. L’élève usager d’autocar est tenu de respecter les règles de vie collective, de sécurité et de comportement définies ci-dessous :

2.3.1. Le surveillant d’autocar est chargé par le Collège de maintenir l’ordre durant le trajet. Les élèves doivent respecter ses directives.

2.3.2. Pour des raisons de sécurité, les élèves doivent monter en autocar et en descendre par la porte avant.

2.3.3. La tenue des élèves en autocar doit être conforme au Règlement et à l’esprit du Collège : se tenir debout, chahuter, se déplacer, mettre la tête ou les mains à l’extérieur des fenêtres, lancer des objets par les fenêtres, etc. sont contraires aux consignes de sécurité et, par conséquent, interdits.

2.3.4. Chaque élève a une place fixe désignée par le surveillant d’autocar. Cette place ne peut être changée que par le surveillant.

2.3.5. Les élèves doivent veiller à la propreté des autocars. Tout ce qui est nourriture : chips, popcorn, chocolat ou chewing-gum, etc. est interdit.

2.3.6. La détention de téléphones portables, radio, Ipod, Ipad, jeux électroniques, caméras vidéo ou photo, etc. est interdite dans les autocars.

2.3.7. Il est interdit de crier, de chanter, de se disputer ou d’entreprendre en autocar toute action ou activité contraire aux règles de sécurité du transport.

2.3.8. Tout acte de vandalisme ou de dégradation du matériel, volontaire ou involontaire, entraîne pour son auteur une sanction et la réparation du dommage causé.

2.3.9. Les élèves doivent, à la sortie des classes et/ou activités, se rendre directement aux autocars. Tout élève en retard sera retenu et attendra ses parents au Collège.

2.3.10. Toute attitude arrogante ou menaçante, toute forme d’intimidation, de harcèlement, d’agression envers un chauffeur, un surveillant ou un camarade est interdite.

2.3.11. Le service des transports ne peut pas répondre aux besoins occasionnels des élèves. Tout changement de trajet ou de station est strictement interdit.

 

2.4. Retards et Absences

La présence aux jours et heures fixés par le calendrier scolaire, la ponctualité et l’assiduité sont la norme à laquelle l’élève souscrit par respect pour la direction, pour les professeurs et les camarades de classe. L’élève se prépare ainsi à la vie professionnelle.

2.4.1. Les élèves doivent arriver en division, le matin, avant 7h25. En cas de retard, ils doivent se présenter au préfet.

2.4.2. L’élève en retard ne sera pas admis en classe sans une justification écrite ou orale de ses parents auprès du préfet.

2.4.3. Toute absence doit être justifiée. En cas d’absence prévisible, les parents sont tenus d’en informer le préfet au préalable, et par écrit. Lorsqu’un élève s’absente du Collège, les parents doivent en avertir le préfet, par téléphone, avant 9 heures.

2.4.4. Après une absence qui n’a pas été préalablement signalée, l’élève doit se présenter, avant la première période de cours, auprès du préfet, muni d’une justification écrite par ses parents, sur les pages de correspondance de l’agenda scolaire. Le préfet se réserve le droit d’accepter ou de refuser les motifs de l’absence.

2.4.5. Toute absence insuffisamment justifiée lors d’une épreuve entraîne la note « zéro » pour ladite épreuve. Si le motif de l’absence est valable, l’élève peut être convoqué par le préfet pour passer l’épreuve, comme il peut être jugé sur son travail et sur son application. S’il s’agit d’examens, un visa du médecin du Collège est requis.

2.4.6. Une absence insuffisamment justifiée les jours qui précèdent une épreuve, ou le jour même de l’épreuve, peut être une raison de non-admission à cette épreuve.

2.4.7. Les rendez-vous médicaux doivent être pris en dehors de l’horaire scolaire.

2.4.8. L’élève qui manque volontairement un ou plusieurs cours sera sanctionné d’une retenue d’une durée équivalente.

2.4.9. En cours d’année, l’élève qui manque un ou des jours scolaires en raison d’un voyage se chargera lui-même des cours manqués. Le Collège décline toute responsabilité en cette matière.

2.4.10. En fin d’année, un élève n’est pas autorisé à voyager avant le 28 juin.

2.5. Éducation Physique et Sportive

L’éducation physique et sportive (EPS) fait partie de l’enseignement obligatoire. Elle implique la participation de tous les élèves aux cours d’EPS, vêtus de la tenue spécifique requise. Comme pour les autres disciplines, l’élève doit accomplir les exercices demandés et passer les tests.

2.5.1. Le jour du cours d’EPS, les élèves qui présentent une demande de dispense doivent avoir leur tenue de sport.

2.5.2. Seuls les élèves souffrant d’une maladie chronique sérieuse (rhumatisme articulaire, insuffisance cardiaque, etc.) bénéficient d’une dispense à long terme justifiée par un rapport médical.

2.5.3. Afin d’éviter l’absentéisme aux cours, il pourrait être exigé qu’un certificat médical de dispense d’EPS (quelle que soit sa durée) soit contresigné par le médecin du Collège.

2.5.4. Lors d’épreuves ou de compétitions sportives, aucun élève du Collège n’est autorisé à porter, contre son propre Collège, les couleurs d’un autre collège ou celles d’un club sportif autre que le Club Sportif de Jamhour (CSJ).

2.6. Centres de documentation (CDI, BCD)

Les Centres de Documentation et d’Information (aux cycles complémentaire et secondaire) et les Bibliothèques Centres de Documentation (au cycle primaire) sont des espaces destinés à la consultation de livres, revues, journaux, sites Internet, etc. Ce sont aussi et surtout des lieux de travail et de formation à la recherche documentaire.

2.6.1. Les documents sont consultés sur place ou empruntés après la permission de la documentaliste.

2.6.2. La fréquentation de ces lieux implique le respect du matériel qui s’y trouve. Une attitude calme et respectueuse du travail y est requise.

2.6.3. La règle générale est celle du travail en silence. En aucun cas, le CDI ne peut être assimilé à une salle de permanence où l’on fait ses devoirs.

2.6.4. L’accès à l’Internet se fait en vue d’une recherche précise, à but pédagogique ou culturel, et doit s’intégrer dans le cadre des projets réalisés au Collège.

2.7. Technologies de l’information et de la communication (TIC)

Pour permettre aux enseignants et aux élèves de disposer d’un matériel en bon état et de profiter ainsi pleinement de l’utilisation des équipements informatiques et multimédias, le Collège compte sur le civisme de chacun.

2.7.1. L’élève vérifie l’état de son poste avant de le démarrer et signale toute anomalie qu’il constate.

2.7.2. L’élève s’engage à :

  • Respecter le matériel mis à sa disposition et à l’utiliser conformément aux droits d’utilisation définis ;
  • N’apporter aucune modification à la configuration des équipements ;
  • Prévenir un enseignant dès qu’un dysfonctionnement de son poste de travail est constaté ;
  • Ne pas tenter de réparer lui-même une panne ;
  • Ne pas tenter de lire, modifier, copier ou détruire des fichiers ne lui appartenant pas ;
  • Ne lancer une impression qu’après autorisation ;
  • Se conformer aux instructions des enseignants ainsi qu’au règlement propre à chaque salle et à chaque type d’équipement.

2.7.3. L’élève engage sa responsabilité vis-à-vis de ses actes, comportements et manquements éventuels. Ceci concerne notamment la dégradation du matériel par une utilisation non prévue par les droits d’utilisation ou par un usage non approprié.

 

 

 

 

 

3. Exigences de la vie collective

3.1. Comportement, Attitude et Langage

Les élèves du Collège, fiers de leur appartenance, manifestent ce sentiment, au Collège et en dehors, par le respect et la promotion d’attitudes, de comportements et de langage qui sont le reflet des valeurs promues par le Projet éducatif. Il en est de même pour l’observation stricte des règles de politesse et de savoir-vivre, nécessaires aux relations harmonieuses et respectueuses.

3.1.1. Les comportements manquant au respect de la religion, des valeurs humaines promues par le Collège, des personnes et de leurs propriétés et au bon esprit peuvent être des motifs de sanction de l’élève ou des raisons de son exclusion temporaire ou définitive.

3.1.2. Tout acte de défiance, toute attitude arrogante ou menaçante envers un éducateur, un employé du Collège ou un camarade est sanctionné.

3.1.3. Toute fraude ou tentative de fraude est sanctionnée. Est considérée comme acte de fraude toute manifestation de tricherie, de copiage ou de plagiat, ou la contrefaçon d’une signature.

3.1.4. Permettre à un camarade de s’approprier son propre travail ou de le copier est également considéré comme fraude.

3.1.5. Toute fraude ou tricherie pendant un examen ou une évaluation entraînera automatiquement la perte totale de la note correspondante. Cette mesure est irrécusable et indiscutable.

3.1.6. L’élève est tenu d’avoir un langage et une attitude corrects envers les autres ; toute forme de violence, de harcèlement, d’intimidation, de vulgarité, de racisme, de discrimination ou de dévalorisation du travail d’autrui est prohibée au Collège.

3.1.7. Les gestes ou attitudes relationnels, dans un Collège mixte, doivent en tout temps être respectueux et conformes au minimum requis pour la vie collective dans un établissement scolaire, considéré dans sa totalité comme un espace public et non privé. Il ne faut pas oublier que ceux qui sont présents sur le campus de l’école sont majoritairement des mineurs, et que s’applique à eux ce qui est exigé par la stricte législation concernant l’accès des mineurs aux contenus auditifs ou visuels. Aucune exagération dans l’expression de l’intimité n’a sa raison d’être dans l’enceinte du Collège et la discrétion est de mise dans notre communauté.

3.1.8. La surveillance des éducateurs ne s’étend pas au-delà du Collège. Cependant, pour des fautes commises en dehors, notamment sur les lieux de socialisation numérique (Internet, Facebook, chatting…), bien qu’elles relèvent de la responsabilité des parents, le Collège se réserve toute action qu’il jugerait opportune, eu égard à l’intérêt des élèves ou du Collège.

3.2. Respect des installations, du cadre de vie et des locaux

Le Collège est un lieu de vie collective que chacun doit s’approprier comme tel. Chaque division possède son espace de récréation et d’activités.

3.2.1. L’élève ne peut quitter les locaux ou espaces de sa division ni accéder à la forêt sans la permission des accompagnateurs pédagogiques de sa propre division. Lors de circulations rendues nécessaires par des activités scolaires ou parascolaires, les élèves sont tenus de respecter le parcours prévu. Et le silence est de rigueur pour les circulations qui ont lieu pendant les périodes de cours.

3.2.2. L’élève doit s’abstenir de se livrer à tout acte qui contribuerait à salir ou à dégrader les installations, les locaux, les espaces verts ou le matériel mis à sa disposition. Tout acte de vandalisme, toute dégradation, volontaire ou involontaire, entraîne pour son auteur une sanction et la réparation du dommage causé.

3.2.3. Par respect pour les autres et, en particulier, pour le personnel de service, chacun veillera à la propreté générale du Collège, surtout de sa salle de classe, en jetant papiers, boîtes, bouteilles, etc. dans les poubelles ou les conteneurs prévus pour le recyclage. Le manquement à cette règle peut être motif de sanction ou de réparation individuelle ou collective.

3.2.4. Les élèves consomment nourriture et boissons uniquement durant les récréations et en dehors des salles de classe. Le chewing-gum est interdit dans l’enceinte du Collège, ainsi que les gâteaux d’anniversaires.

3.2.5. Les couloirs et les escaliers sont des espaces de passage. Il est demandé de ne pas s’y installer.

 

3.3. Argent et objets appartenant aux élèves

Le Collège est un lieu de travail scolaire.

3.3.1. Les élèves ne doivent avoir que les livres de classe adoptés par le Collège ainsi que les instruments de travail nécessaires.

3.3.2. Les ventes ou échanges d’objets, la distribution de tracts ou de prospectus ainsi que les transactions d’argent sont formellement interdits.

3.3.3. Il est recommandé aux élèves de n’avoir sur eux ou dans les vestiaires ni somme d’argent importante ni objets de valeur. Les entraîneurs et professeurs de sport sont habilités à conserver en dépôt fermé argent ou objets durant les activités sportives qu’ils encadrent.

3.3.4. Les objets trouvés doivent être immédiatement remis aux accompagnateurs pédagogiques : les garder est considéré comme un vol. Tout vol est sanctionné.

3.3.5. Le Collège décline toute responsabilité en cas de perte ou de vol d’argent ou d’objets interdits.

3.4. Objets et produits gênants, illicites ou dangereux

Au Collège, chacun doit pouvoir vivre et travailler dans les meilleures conditions et en toute sécurité. Mais la présence d’instruments de communication ou de jeu nuit à cet objectif.

3.4.1. La détention de téléphone portable ou de montre électronique connectée sur le réseau internet est interdite par la loi dans les écoles et les collèges français. Elle est aussi interdite à Jamhour à tous les niveaux, et ce à cause des risques suivants :

  • utilisation frauduleuse durant les évaluations, qui crée des situations d’injustice entre les élèves et qui fausse les résultats scolaires,
  • prise de photos, d’enregistrements ou de vidéos d’élèves ou de professeurs, qui souvent constitue une atteinte à la dignité et à l’intimité des personnes,
  • recrudescence d’actes de harcèlement sur les réseaux sociaux, fléau dont souffrent bon nombre d’élèves,
  • distraction pendant les cours,
  • vol ou perte facile d’un objet onéreux impossible à retrouver.

Tout téléphone (puce incluse) est confisqué. Pour des raisons de sécurité, le Collège peut exiger qu’un élève ouvre son cartable et vide ses poches. En cas de vol de l’appareil, le Collège décline toute responsabilité d’enquête ou d’un dédommagement quelconque. L’élève qui aura choisi d’enfreindre le règlement intérieur en ce qui concerne le téléphone portable ou la montre électronique doit assumer les conséquences de son acte.

3.4.2. La détention de laptop, de tablette, de baladeur, de casque audio ou d’écouteurs, de jeux électroniques, de caméra vidéo ou photo, etc. est interdite dans le cadre de l’horaire scolaire, même pendant les récréations et dans les autocars.

3.4.3. L’introduction par les élèves, dans l’enceinte du Collège, de tout objet ou produit illicite ou dangereux (tabac, stupéfiants, produits nocifs, boissons alcoolisées, allumettes, briquets, couteaux, cutters, aérosols colorants, etc.) est strictement interdite.

3.4.4. Sauf s’il a obtenu une autorisation expresse du préfet, l’élève qui détient ou fait usage des objets ou produits mentionnés aux numéros 3.4.2 et 3.4.3 est sanctionné d’une exclusion temporaire ou d’un avertissement de discipline. De plus, ces objets ou produits seront confisqués et restitués au moment jugé opportun par le préfet.

3.5. Tenue vestimentaire

Par souci de simplicité et afin de marquer l’appartenance au Collège, un uniforme est exigé pour tous les élèves, en accord avec le Comité des parents. Les éléments de cet uniforme sont décrits dans la circulaire annuelle de la rentrée scolaire.

3.5.1. Chacun doit porter, au quotidien, les pièces de l’uniforme qui lui sont propres. Les éléments délavés, déchirés ou non conformes au bon sens sont à exclure.

3.5.2. Toute tenue excentrique (piercing, maquillage, colifichets, bijoux trop voyants, ceintures fantaisistes, barbe négligée, cheveux trop longs ou colorés, etc.) est aussi à exclure. Le vernis à ongles est interdit jusqu’en 3e.

3.5.3. Les jours de réunion des mouvements agréés au Collège (MEJ, CAS, Scoutisme et Guidisme), la tenue officielle adoptée par ces mouvements est autorisée.

3.5.4. Tout élève qui ne tiendrait pas compte de ces directives s’exposerait à une exclusion du Collège.

3.6. Infirmerie

L’infirmerie est un lieu de soins.

3.6.1. Pendant les cours, les élèves ne peuvent aller à l’infirmerie qu’en cas d’urgence et s’ils sont munis d’un billet délivré par l’accompagnateur pédagogique.

3.6.2. Afin de favoriser la qualité des soins et des relations avec les familles, lors des formalités d’enregistrement, chaque élève doit remettre la « Fiche médicale » dûment remplie par son médecin. Cette fiche servira de référence au médecin du Collège qui signalera, le cas échéant, une dispense des activités sportives. Tout autre certificat ne peut être pris en considération qu’en cas de maladie ou d’accident survenus en cours d’année.

3.6.3. Les médecins du Collège assurent une permanence au Collège. En outre, des visites médicales ont lieu dans certaines classes, dès la rentrée. Les élèves ne peuvent se soustraire aux contrôles et examens de santé organisés à leur intention.

3.6.4. En cas de maladie contagieuse, il convient aux parents d’en informer immédiatement le Collège et de respecter les délais d’éviction scolaire. À son retour en classe, l’élève doit être muni d’un certificat de non-contagion.

3.6.5. En cas d’accident, les parents sont tout de suite avisés. Si le Collège ne parvient pas à les joindre et que le cas est urgent, l’élève est transporté à l’hôpital le plus proche.

3.7. Assurance

Les élèves sont assurés, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, auprès d’une compagnie d’assurance. Une carte d’assurance leur est remise au mois d’octobre de chaque année.

Cette assurance leur garantit, du chef de certains accidents corporels pouvant les atteindre, tant durant leur vie scolaire que privée, le remboursement des frais médicaux, chirurgicaux, pharmaceutiques et d’hospitalisation, dans des conditions précisées dans le contrat.

3.8. Sorties et excursions

3.8.1. Seules les sorties et activités dont les circulaires sont signées par le père recteur ou par le préfet sont sous la responsabilité du Collège.

3.8.2. Quant aux sorties et activités organisées par les mouvements du Collège ou agréés par lui (CAS, MEJ, Scoutisme et Guidisme), elles relèvent de la responsabilité de ces mouvements.

3.8.3. Un élève, en excursion ou en sortie, est tenu d’adopter le comportement et le bon esprit propres au Collège.

4. Évaluation des comportements

4.1. Conseil de classe

À l’occasion des remises de notes et à chaque fois que cela est utile, les professeurs d’une même classe se réunissent en Conseil de classe dirigé par le préfet.

4.1.1. Ce Conseil examine les questions pédagogiques et disciplinaires concernant la vie de classe, notamment le travail de chaque élève, afin de mieux le guider dans son activité d’apprentissage et dans son orientation. De même, il examine les résultats scolaires en considérant l’évolution de chacun, son progrès ou sa régression.

4.1.2. Les bons résultats ou le bon esprit peuvent être sanctionnés par des Félicitations ou des Éloges, les mauvais résultats ou l’indiscipline par des Blâmes ou des Avertissements, soit de travail, soit de discipline. Ces appréciations ont la même valeur qu’une lettre particulière. Félicitations et Blâmes requièrent l’unanimité du Conseil de classe, Éloges et Avertissements, la majorité relative.

4.2. Sanctions

En cas de non-respect du Règlement Intérieur ou des principes qu’il sous-entend, l’élève encourt, en fonction de la gravité de la faute commise, une ou plusieurs sanctions. Les sanctions sont des mesures éducatives qui visent avant tout le bien de l’élève ; elles vont de la courte sanction au renvoi, en passant par le devoir supplémentaire, la retenue, l’exclusion du cours, l’avertissement, etc.

4.2.1. Les professeurs et les accompagnateurs pédagogiques sont habilités à donner de courtes sanctions, écrites ou orales. Ils peuvent demander au préfet de donner à l’élève qui s’est montré particulièrement indiscipliné ou très négligent dans son travail une sanction plus importante, adaptée à la situation.

4.2.2. Un professeur peut renvoyer de la classe un élève dont le comportement mérite une telle sanction. Cet élève ne peut retourner en classe qu’avec un billet de réadmission, délivré par le préfet.

4.2.3. Le préfet informe, par écrit, les parents d’une infraction à la discipline ou d’une négligence de leur enfant dans son travail. Il peut, de même, prononcer un avertissement de discipline ou de travail. Les parents accuseront réception de toute mesure prise, dans les plus brefs délais.

4.2.4. Seul le Père Recteur a autorité pour décider du renvoi d’un élève ou de la convocation d’un Conseil de discipline. Le père recteur peut déléguer aux préfets le pouvoir de renvoyer du Collège un élève, pour une durée d’un à trois jours. L’accès au Collège est interdit à l’élève pendant la durée de son exclusion.

4.2.5. Un élève à qui le Conseil de classe aurait adressé un blâme ou plus d’un avertissement durant sa scolarité risquerait l’exclusion définitive du Collège.

4.3. Conseil de discipline

4.3.1. À tout moment et afin de statuer sur un manquement jugé grave à ce règlement, le père recteur peut convoquer un Conseil de discipline composé de la façon suivante :

  • Président : le Père Recteur.
  • Assesseurs : deux membres du Conseil de préfecture, choisis par le Père Recteur.
  • Membres : le préfet, le père spirituel et le responsable de vie scolaire de la préfecture à laquelle appartient l’élève traduit en Conseil de discipline ; un membre du Comité des professeurs, le tuteur et un professeur choisi par le Père Recteur pour leur meilleure connaissance de l’élève et des faits qui lui sont reprochés ; un membre du Comité des parents, désigné par ledit Comité au début de l’année scolaire.

4.3.2. Au cas où l’un des membres de droit serait directement l’objet de l’infraction reprochée à l’élève, il déposera son témoignage mais n’assistera pas aux délibérations. Le Père Recteur nommera un de ses pairs pour le remplacer.

4.3.3. Un délégué de la classe à laquelle appartient l’élève convoqué peut être invité à assister au Conseil de discipline, en tant qu’observateur et peut être appelé à déposer, en tant que témoin. Il peut même demander la parole, s’il le juge nécessaire, mais ne participe pas aux délibérations. De même, les parents de l’élève concerné peuvent être invités au début du Conseil.

4.3.4. Sauf autorisation du Recteur, l’accès au Collège est interdit à tout élève déféré au Conseil de discipline, jusqu’au jour de sa comparution.

4.3.5. Les décisions prises par le Conseil de discipline sont publiées et affichées au plus tard le lendemain de sa réunion.

 
 

5. Évaluation des résultats scolaires

5.1. Système d’évaluation

Le Collège a opté pour un système de contrôle continu pour favoriser l’assiduité au travail, la production personnelle, la créativité, la recherche, la lecture personnelle et dirigée ainsi que les activités de découverte.

Dans un esprit de collaboration avec les parents, le Collège leur signale les progrès de leur enfant pour l’encourager, ou ses difficultés scolaires pour y remédier.

Un élève tire tout le profit possible de sa classe dans la mesure où il travaille au jour le jour, par lui-même, et se sent capable de progrès. C’est pourquoi les leçons particulières ne sont tolérées qu’avec l’accord du préfet, pour un temps limité et pour des raisons précises.

5.1.1. En Maternelle et en Onzième

  • En Petite Section et Moyenne Section, les acquis des élèves sont évalués et appréciés à partir du travail quotidien continu. Un livret de suivi est envoyé aux parents à la fin de chaque trimestre.
  • En Grande Section (ou 12e), un livret de suivi des apprentissages permet de rendre compte des progrès de l’élève. Il est régulièrement renseigné par l’enseignante de la classe et est communiqué aux parents à la fin de chaque trimestre.

Au terme de l’année, une synthèse des acquis scolaires de l’élève est renseignée à partir du suivi des apprentissages réalisé tout au long de l’année. Elle indique ce que l’élève sait faire et ses besoins à prendre en compte pour l’aider dans son parcours scolaire.

  • En 11e, les acquis de l’élève sont évalués et appréciés à partir du travail quotidien continu tout au long de chacun des deux semestres. Les résultats sont communiqués aux parents par deux bulletins d’appréciations (en décembre et en avril).

Au milieu et à la fin de l’année scolaire, deux bilans sont prévus (en février et à la fin de l’année) afin de vérifier le degré d’acquisition des connaissances et des compétences de chaque élève. La moyenne générale de chaque bilan est calculée à partir des notes des évaluations sommatives et du Travail Continu (TC) réalisé durant le semestre, comme indiqué dans le tableau suivant :

 

 

5.1.2. De la Dixième à la Septième

La maîtrise des compétences est évaluée à partir des travaux formatifs répartis le long des séquences d’apprentissage, visant des items prévus dans la programmation annuelle de la classe. Les appréciations portées sur les fiches de travail informent régulièrement les parents des acquis ou des difficultés de leur enfant.

En 10e, un Bulletin de notes est communiqué aux parents trois fois l’an.

La moyenne générale est calculée chaque trimestre à partir des notes du Travail Continu (TC), donc trois TC, sans examen, répartis à 30%, 30% et 40% respectivement.

De la 9e à la 7e, trois TC et un examen final sont répartis à égalité : 25% chacun.

 

5.1.3. De la Sixième à la Terminale

L’année scolaire est organisée, de la 6e à la Terminale, en périodes de travail continu et en examens récapitulatifs, comme indiqué dans le tableau ci-dessous, où les lettres TC comme
« Travail continu » désignent diverses évaluations au fil des jours et la lettre E comme « Examen »

 

désigne une épreuve récapitulative permettant d’évaluer la réalisation des objectifs essentiels du programme et l’acquisition des connaissances ciblées.
 

 

 

À des dates fixées par les préfets, les notes sanctionnant le travail sont transmises aux parents par un Bulletin de notes. Des appréciations du travail de l’élève, de son progrès ou de sa régression dans le cadre de chacune des matières enseignées sont transmises aux parents par une Fiche d’appréciations.

En fin d’année, la moyenne générale par matière est calculée selon les proportions indiquées. Jusqu’en classe de 3e, les informations du Livret personnel de compétences français sont disponibles sur l’Espace numérique du Collège ; le Livret est remis aux élèves qui quittent le Collège.

 

5.2. Admission à la classe supérieure

Le Conseil de classe de fin d’année, présidé par le Père Recteur et dirigé par le préfet, statue sur le passage de classe de chacun des élèves.

5.2.1. De la Douzième à la Onzième :

À la fin de la 12e, le conseil de classe tient compte des critères suivants pour décider le passage de l’élève en 11e :

  • l’acquisition de l’ensemble des compétences requises au cycle 1,
  • la progression de l’élève dans son travail au quotidien,
  • son évolution tout au long de l’année : maturité et autonomie,
  • la qualité de ses relations interpersonnelles : capacité d’adaptation et d’intégration dans le cadre scolaire.

5.2.2. De la Onzième à la Septième :

Le passage de classe d’un élève de la 11e à la 7e est déterminé par l’obtention du Minimum Requis au niveau de l’ensemble des matières et de chaque matière et ce, selon le tableau suivant :

 

 

5.2.3. De la Sixième à la Troisième :

Le passage de classe d’un élève de la 6e à la 3e est déterminé par l’obtention du Minimum Requis dans chacun des trois regroupements de matières (langues, sciences, humanités) et du Minimum Requis dans chaque matière et ce, selon le tableau suivant :

 

Ce passage demeure aussi tributaire de la discipline de l’élève, de son dossier scolaire des années précédentes et de l’acquisition des compétences correspondant aux matières enseignées.

Ainsi, les parents sont invités à accompagner leur enfant pour qu’il acquière un bon niveau dans les différentes matières et une éducation équilibrée qui ne privilégie aucune matière aux dépens d’une autre. De même, ils sont encouragés à l’accompagner dans sa vie scolaire pour que son comportement et sa discipline se conforment aux exigences du vivre-ensemble, déterminées par le règlement intérieur du Collège. Au cas où ils feraient appel à la commission de recours pour qu’elle réexamine la décision du conseil de classe, les parents sont invités à ne pas oublier qu’obtenir le Minimum requis au niveau académique et le respect des exigences du règlement intérieur demeurent les deux critères majeurs pour le passage en classe supérieure.

La décision du conseil de classe tient compte de l’ensemble du parcours scolaire de l’élève et, plus particulièrement, de ses notes et de l’acquisition des compétences, de sa diligence, de son sérieux dans le travail ainsi que de son comportement général.

 

5.2.4. En Seconde et en Première

Tant que la nouvelle réforme du Bac. Français n’est pas entièrement mise en place, nous continuons à adopter le système suivant pour l’année scolaire 2018-2019 :

En classe de Première, trois options sont proposées, appelées au Collège : ES (économiques et sociales), H (humanités), et S (Scientifique) ; et en Terminale, quatre options : ES, H, SG (Sciences Générales) et SV (Sciences de la Vie). Le Conseil de classe prend en considération d’une manière toute particulière les notes dans les matières « d’option ». Le choix d’une série à la fin de la Seconde ou le changement de série entre la Première et la Terminale est soumis aux réglementations officielles du système libanais et du système français.

 

5.3. Redoublement, Réorientation, Recours

5.3.1. Redoublement

Le redoublement peut être nécessaire quand les notes de l’élève demeurent loin du Minimum Requis pour son passage à la classe supérieure. Contrairement à ce que d’aucuns pensent, le redoublement n’est pas une « catastrophe scolaire » mais peut être une chance réelle pour que l’élève se rattrape et suive le rythme d’une classe donnée. Pour qu’un élève soit admis à redoubler sa classe, trois critères sont pris en compte : son âge, sa discipline et les places disponibles dans la classe où il devrait être maintenu.

Au Collège Notre-Dame de Jamhour, il n’y a pas d’examen de passage à la veille de la rentrée scolaire.

5.3.2. Réorientation

Les parents d’un élève qui n’est pas admis en classe supérieure ni admis à redoubler doivent chercher un autre établissement scolaire adéquat à la situation de leur enfant. La décision de réorienter un élève est prise après plusieurs avertissements oraux et/ou écrits. Une Année de Probation peut être accordée par le Conseil de classe ou la Commission de recours pour que l’élève et ses parents se préparent durant une année à un changement d’établissement. Cette Année de Probation permet aux parents de réserver très tôt au cours de l’année en cours une place dans un autre établissement et ce, pour leur éviter de faire ces démarches au mois de juillet, si aucune amélioration n’est constatée aux niveaux académique ou disciplinaire.

5.3.3. Recours

L’appel à la Commission de recours doit rester une mesure exceptionnelle. Cette commission n’est pas une institution qui remet systématiquement en question les décisions du conseil de classe de fin d’année. Ce sont les résultats objectifs de l’élève, les chiffres exacts de ses moyennes, qui déterminent sa réussite et non un quelconque jugement arbitraire. La recherche effrénée d’une indulgence pour le passage de classe s’avère très mauvaise et risque de handicaper l’élève pour le reste de sa scolarité. De plus, il ne faut pas confondre l’indulgence en matière scolaire avec la « miséricorde divine » ! Autrement dit, l’indulgence est par nature limitée et sa limite demeure liée aux notes acquises en cours d’année. L’indulgence n’est pas une faveur accordée par la direction du Collège, elle est déterminée par le bon sens des éducateurs, à qui les parents ont confié leur(s) enfant(s). Par ailleurs, la Commission de recours examinera toute requête déposée au Secrétariat du Père Recteur dans un délai de deux jours ouvrables après la proclamation des résultats. La lettre de recours doit être signée conjointement par l’élève et par ses parents et doit exposer les motifs précis la justifiant.

5.3.4. Fidélité des relevés

Les relevés de notes d’un élève reproduisent fidèlement celles qui figurent sur ses bulletins. Sauf erreur matérielle de retranscription, aucune modification, pour quelque raison que ce soit, ne peut y être apportée.

 

5.4. Diplôme du Collège

5.4.1. Le Collège décerne aux élèves méritants un Diplôme qui lui est propre (cf. Projet éducatif, I, 13). Ce Diplôme est délivré par le Père Recteur sur proposition d’un jury du diplôme composé des préfets et des enseignants du cycle secondaire.

5.4.2. L’appropriation par l’élève de l’esprit du Collège, la mise en pratique des valeurs spirituelles et morales ainsi que le souci du bien commun sont des conditions nécessaires pour mériter ce Diplôme. Tout avertissement de discipline risque d’empêcher l’obtention du diplôme même si la moyenne exigée est atteinte. 

5.4.3. En principe, le Diplôme est attribué aux élèves dont la moyenne générale est au moins de 12/20 en Seconde (20%), Première (35%)  et Terminale (45%).

On pourra examiner le cas d’un élève qui a été admis au Collège en classe de Première.

5.4.4. Un Diplôme de fin d’études est attribué à tout élève dont les résultats scolaires et/ou la discipline ne permettent pas l’obtention du Diplôme du Collège.

 

Note sur la dispense du programme libanais

Dispense

La dispense du programme libanais ne signifie guère une dispense de l’apprentissage de la langue arabe. Étant un établissement libanais, le Collège Notre-Dame de Jamhour est tenu par la loi d’enseigner l’arabe à ses élèves, qu’ils profitent ou non d’une dispense du programme libanais. L’effet de la dispense est plus sensible pour les examens officiels (brevet, baccalauréat) que pour l’enseignement.

L’élève peut être officiellement dispensé du programme libanais selon l’une des conditions fixées par l’Éducation Nationale :

  1. être de nationalité étrangère (même s’il est aussi de nationalité libanaise),
  2. être de nationalité libanaise mais avoir été inscrit trois ans de suite dans un établissement scolaire à l’étranger.

Les parents d’un élève remplissant l’une de ces conditions peuvent demander la dispense à la première inscription ou en cours de scolarité, sauf entre le mois de novembre de la classe de 3e et l’entrée en classe de 2de. La formalité de demande est la suivante : les parents passent chez le préfet, puis au Secrétariat du Grand Collège, où ils reçoivent des documents à faire viser au Ministère de l’Éducation, dans ses bureaux de Baabda, puis de l’Unesco.

 

Enseignement

Enseignement de l’arabe

Comme « le Collège porte une attention spéciale à l’enseignement de la langue et de la littérature arabes » (cf. Projet éducatif, I, 11), tous les élèves admis en 12e suivent le même enseignement d’arabe, tout au long de leur scolarité, même s’ils ont obtenu ou obtiennent la dispense.

Enseignement des autres disciplines

Dans les autres disciplines, comme le Collège prépare ses élèves aux deux baccalauréats (cf. Projet éducatif, I, 1), tous les élèves suivent le même enseignement, couvrant les deux programmes, qu’ils passent ou non les examens officiels libanais. La classe de Terminale fait exception à cette règle. Bien que la politique du Collège soit d’encourager les élèves à présenter les deux bacs, l’élève a le droit de choisir entre les deux bacs ou le bac français uniquement.

 

Brevet, Baccalauréat

Voici les dispositions légales concernant les examens officiels :

1. Les élèves qui obtiennent la dispense avant le mois de novembre de la classe de 3e peuvent ou non se présenter au brevet libanais. Ils peuvent passer en classe de 2de – s’ils ont réussi leur année de 3e au Collège – même s’ils échouent au brevet libanais ; dans ce cas, ils se présentent seulement au baccalauréat français : ils pourront obtenir ensuite l’équivalence du baccalauréat libanais ; mais s’ils ont obtenu la dispense comme étrangers (selon la condition légale « a »), une mention apposée sur leur équivalence les empêchera d’adhérer plus tard à tout Ordre ou syndicat.

2. Les élèves qui n’obtiennent pas la dispense avant le mois de novembre de la classe de 3e sont tenus de présenter le brevet libanais. En cas d’échec au brevet libanais, ils peuvent alors demander la dispense, mais ils doivent refaire leur 3e.

3. Les élèves qui obtiennent la dispense après leur succès au brevet libanais se présentent seulement au baccalauréat français, ils pourront obtenir ensuite l’équivalence du baccalauréat libanais ; aucune mention sur leur équivalence ne les empêchera d’adhérer plus tard aux Ordres et syndicats.

 

5.3. Admission à la classe supérieure

Le Conseil de classe de fin d'année, présidé par le père recteur et dirigé par le préfet de niveau, statue sur le passage de classe de chacun des élèves.
Sa décision tient compte de l'ensemble du parcours scolaire de l'élève: sa diligence, son sérieux dans le travail ainsi que son comportement général, et particulièrement ses notes, qui doivent satisfaire des conditions présentées dans les tableaux ci-dessous. Dans les deux colonnes de moyenne sont indiquées les matières entrant dans le calcul de la moyenne (chacune étant affectée d’un coefficient figurant sur le Bulletin) et le minimum requis pour cette moyenne ; dans la colonne "matière de base" sont indiquées les matières de base et le minimum requis pour chaque matière ; dans la colonne "autre matière" est indiqué le minimum requis pour chacune des autres matières.
Pour octroyer l'indulgence à un élève, le Conseil de classe tiendra particulièrement compte de son travail, de son progrès, de son bon esprit et de son comportement.

5.3.1. En Douzième

Un élève de Douzième passe en Onzième s'il a assimilé, tout au long de l'année scolaire, l'ensemble des notions du programme.

5.3.2. De la Onzième à la Troisième

5.3.3. En Seconde

La classe de Première offre trois options : Humanités, Économique et Sociale, Scientifique.

5.3.4. En Première

La classe de Terminale offre cinq options ou séries, dont la dénomination diffère entre Bac libanais et Bac français :

Le changement d'option ou de série entre la Première et la Terminale est soumis aux réglementations officielles libanaises et françaises.

L'élève qui, en fin de Première, n'aura pas été jugé apte à suivre les cours de l'une des cinq options mentionnées ci-dessus, ne pourra pas être admis en Terminale au Collège.

5.4. Redoublement, recours

5.4.1. Redoublement
Pour qu'un élève soit admis à redoubler sa classe, ses notes par matière doivent être satisfaisantes. Par ailleurs, il sera tenu compte de son âge et de sa discipline.
Il n'y a pas d'examen de passage à la veille de la rentrée scolaire.
En principe, on ne peut pas redoubler au Collège les classes du cycle secondaire.

5.4.2. Fidélité des relevés
Les relevés de notes d'un élève reproduisent fidèlement celles qui figurent sur ses bulletins. Sauf erreur matérielle de retranscription, aucune modification, pour quelque raison que ce soit, ne peut y être apportée.

5.4.3. Recours
Toute réclamation pertinente et justifiée par les intéressés peut être présentée à une Commission de recours, nommée et présidée par le père recteur, formée de quatre membres, dont deux préfets et deux enseignants. Cette Commission examinera toute requête déposée au Secrétariat du père recteur, dans un délai de deux jours ouvrables, après la proclamation des résultats. Elle doit être signée conjointement par l'élève et par ses parents et doit exposer les motifs précis la justifiant.

5.5. Diplôme du Collège

5.5.1. Le niveau des études que veut atteindre le Collège est défini par un Diplôme qui lui est propre (cf. Projet éducatif, I, §13). Ce Diplôme est délivré par le père recteur sur proposition d'une commission composée des préfets des classes du cycle secondaire ainsi que d'enseignants de ce cycle.
5.5.2. L'appropriation par l'élève de l'esprit du Collège, la mise en pratique des valeurs spirituelles et morales ainsi que le souci du bien commun sont des conditions nécessaires pour mériter ce Diplôme. Conscients de l'importance des valeurs que représente ce Diplôme, nombre d'Anciens, actuellement chefs ou cadres supérieurs dans les entreprises et les professions libérales, favoriseraient ainsi l'embauche de ceux qui en sont détenteurs et, particulièrement, de ceux qui l'auraient obtenu avec mention.
5.5.3. En principe, le Diplôme est attribué sur base des programmes libanais et français aux élèves dont la moyenne générale est au moins de 11/20 en Seconde, Première et Terminale. Le cas d'un élève dont la moyenne est comprise entre 10 et 11 peut faire l'objet d'une étude particulière à la lumière des moyennes générales obtenues en Seconde et Première ou des progrès substantiels réalisés au second semestre de la Terminale. On pourra examiner le cas d'un élève qui a été admis au Collège en classe de Première.