Sport : Résultats du Championnat du Liban de taekwondo pour la ceinture bleue

La Fédération Libanaise de taekwondo a organisé, le dimanche 21 octobre 2018 au Collège Mont La Salle, le championnat du Liban pour la ceinture bleue.

Nos sportifs ont pris part à ce championnat et ont récolté 5 médailles dont une en or, une en argent et 3 en bronze.

Bravo à nos sportifs et merci à l’entraîneur M. Ziad Haddad.

Voici les résultats techniques :

L'Orient-Le Jour : Au déjeuner des anciens à Paris, le recteur de Jamhour dénonce la crise des écoles privées

Liban > Société
Zeina SALEH KAYALI | OLJ - 16/10/2018

 

L’Association des anciens de Jamhour en France et en Europe (AJFE), dont L’Orient-Le Jour est partenaire, est extrêmement active, notamment à Paris, où elle organise régulièrement diverses activités pour ses adhérents et leurs amis : clubs professionnels, rencontres spirituelles, accueil des nouveaux arrivants, pique-niques, etc. Mais le point d’orgue de sa saison est certainement le déjeuner annuel qui se tient traditionnellement au mois d’octobre, dans des lieux différents et originaux (péniche sur la Seine, Buddha Bar, siège de l’Unesco…) et qui regroupe un grand nombre d’anciens autour d’un invité d’honneur et d’une délégation venue spécialement du Liban pour l’occasion.

Pour 2018, l’AJFE avait choisi le Pavillon des Princes, en bordure du bois de Boulogne, avec comme invité d’honneur Philippe Helou, cofondateur de la société Murex. Les participants à cet événement, près de 250 personnes, heureux de se retrouver, savouraient l’apéritif sur la terrasse par un temps radieux, en devisant gaiement. Puis ils ont pris place autour des tables dans une immense pièce décorée aux couleurs de la France, du Liban et du Collège Notre-Dame de Jamhour.

Inauguration du Nouveau Bâtiment au Collège Saint-Grégoire (09/10/2018)

Surprenant le regard du visiteur, le Collège Saint-Grégoire a pris, en cette année 2018, une envergure nouvelle, s’étendant en surface et en bâtiments afin de pousser plus loin son développement et offrir à ses élèves les meilleures structures et les équipements les plus innovants.

L’inauguration du Nouveau Bâtiment a rassemblé des acteurs du secteur éducatif au Liban, des parlementaires et des amis du Collège autour du recteur, P. Charbel Batour, du vice-recteur P. Denis Meyer et de la communauté jésuite de Jamhour.

Placée sous le patronage du gouverneur de la ville de Beyrouth, le juge Ziad Chbib, la cérémonie a débuté par le mot de bienvenue de la directrice déléguée du Collège, Mme Amale Barakat, qui a mêlé dans son discours la poésie à la couleur pour placer chacune des constructions de Saint-Grégoire dans les tonalités de la nature. [Consulter l’intégralité du mot]

Un film documentaire a ensuite retracé l’histoire du Collège de 1928 à 2018, passant en revue les développements, mais aussi les drames qui ont jalonné 90 années d’existence. (https://www.youtube.com/watch?v=wOLK_eKOufA)

Conférence du Dr Claude Comair à Jamhour (05.10.2018)

[5 octobre 2018, Centre culturel de Jamhour]

Diplômé en architecture de l’USEK puis en génie environnemental du Japon, Claude Comair a fondé en 1988 DigiPen en Californie, une école et une université spécialisée dans la technologie et l’intelligence artificielle. Il est également co-fondateur et « chairman » de Nintendo USA.

Homme avenant, d’une grande humilité, Claude Comair se présente au public de Jamhour en revenant sur son parcours scolaire. À grand renfort d’anecdotes sur la pédagogie telle qu’elle était appliquée de son temps dans les écoles, il conquiert le public en démontrant que l’échec scolaire peut mener à une vision différente des choses que l’on apprend.

Appliquant une didactique particulière, DigiPen aborde l’apprentissage par ses finalités. L’étudiant, à travers la conception d’un jeu vidéo par exemple, est amené à comprendre l’utilité des maths pures, de la physique, etc. Sa motivation serait le moteur des apprentissages. Mener à bien un projet dépend des connaissances que l’étudiant a acquises.

CAS : Concours de cartes de parrainage Noël C.A.S. 2018

Jamhour, le 9 octobre 2018

Chers amis,

Le Comité d'Activités Sociales (CAS) lance, à l'occasion de la fête de Noël, le traditionnel concours de la Meilleure carte.

Le jury sélectionnera 1 seule œuvre qui, une fois imprimée, fera l’objet d’une carte de parrainage. Cette carte sera envoyée aux parents d’élèves en vue de solliciter leur contribution aux deux grandes fêtes de Noël organisées par le CAS à l’intention de plus de 1.000 enfants issus de milieux défavorisés.

Les "artistes" sont invités à se mettre à l’œuvre dès à présent.

Synkers, une app développée par des anciens jamhouriens

Créée par deux anciennes du Collège Notre-Dame de Jamhour, Audrey Nakad (promo 2009) et Sibylle Nakad (promo 2012), l’application mobile Synkers met en contact, en moins de 30 secondes, les élèves qui souhaitent suivre des cours particuliers avec des personnes qualifiées et ce suivant les modalités qui conviennent aux élèves (date, créneau horaire, mode de paiement, etc.). Plus de 20.000 parents et étudiants l’utilisent déjà. Avec Synkers, la qualité des cours est garantie.

L’essayer, c’est l’adopter ! Pour télécharger l’application Synkers sur App Store ou Google Play, rendez-vous sur www.synkers.com/dl.

Message du recteur pour la rentrée 2018 (10 septembre 2018)

Pour l’ouverture de cette année scolaire 2018-2019, le P. Charbel Batour a délivré un message fort, à la fois pragmatique et optimiste.

Se basant sur le thème « Les réseaux sociaux et la vie privée, quelle communication ? », le Père Batour a abordé le fléau que peut devenir l’usage immodéré des réseaux sociaux, notamment dans l’amalgame que jeunes et adultes risquent de faire entre le privé et le public, entre la vie réelle et la vie virtuelle. Sans diaboliser pour autant le recours aux médias, le père recteur a souligné l’importance de la discrétion, invitant chacun au discernement et au respect de la vie privée [Thème de l'année 2018-2019].

Le Recteur a également soulevé la question des addictions, invitant les éducateurs à la plus grande vigilance, il a dénoncé l’accès facile aux jeux vidéo de tout genre, aux diverses drogues, demandant à chacun des acteurs de la vie scolaire d’être attentif à chaque élève confié au Collège.

Nous du Collège n°289, juillet 2018

[Nous du Collège n°289, juillet 2018 (entier) : version consultable en ligne, cliquez]
(version compatible PC & smartphone)

 

Nous du Collège n°289, juillet 2018

La joie des vacances, la joie de l’achèvement

L’année scolaire 2017-2018 touche à sa fin. Quand ce numéro du Nous du Collège sera entre les mains de nos lecteurs, les élèves et les enseignants seront pratiquement en vacances. Les vacances, certes, sont plus qu’attendues après quelques mois de travail et parfois de tensions scolaires et institutionnelles. L’idée d’avoir un temps ouvert, l’idée d’avoir un temps vacant, un temps où rien n’est programmé, ni le réveil le matin, ni les cours à assurer ou à suivre, ni des devoirs ou des évaluations à faire ou à corriger, ce temps est sûrement une source de repos et une source de joie.

Mais cela va sans dire qu’il y a joie et joie. Nous pouvons être tentés d’appeler joie n’importe quel sentiment de bonheur passager ou de plaisir éphémère, alors que la joie implique un bonheur et des plaisirs vécus. Le contraire est loin d’être vrai. Dans tous les cas, nous soulignons depuis des années que, dans notre communauté, nous ne sommes plus d’accord sur ce que nous voulons dire par le mot « joie », qui risque d’être une source supplémentaire d’ambiguïté et d’incompréhension entre nous. J’ose dire qu’autour de ce concept de joie nous pouvons noter une divergence dans les valeurs auxquelles nous sommes attachés. Autrement dit, de la définition de la joie dépend notre échelle de valeurs. Pour cette raison, ce sujet me semble de première importance. Il y a quelques années, nous avons pris la joie à l’école comme le thème de toute une année scolaire et nous avons essayé de définir les lieux concrets de la joie à l’école, et les difficultés qui nous empêchent parfois de vivre cette joie qui demeure ce que chaque cœur humain désire et vers lequel tout un chacun tend. Mais nous ne nous sommes pas attardés sur les ambiguïtés de la joie imaginée ou anticipée, qui diffère radicalement de la joie vécue réellement au plus intime de nous-mêmes et qui est de l’ordre du don de la vie…

Pages