Rencontre virtuelle des parents avec le recteur, P. Charbel Batour, S.J. (28.11.2020)

Printer-friendly versionSend by emailPDF version

À l’initiative du Comité des parents, le P. Charbel Batour a consacré une heure, en retransmission directe sur Facebook, pour répondre aux interrogations des parents et apporter son éclairage quant aux questions d’actualité scolaire. D’entrée de jeu, ses maîtres-mots sont le pragmatisme dans la gestion de la Covid-19 et un engagement à l’espérance pour le Liban de demain.

 

Les conditions d’ouverture du Collège en temps de pandémie 

Le P. Charbel Batour a exposé, avec le plus grand réalisme, les conditions d’ouverture du secteur scolaire au Liban. Il a ainsi précisé que l’année en cours n’est ni ordinaire ni banale, et que la communauté du Collège a tenté de trouver les meilleures pistes en tenant compte des facteurs extérieurs et des déterminismes sanitaires ou économiques. Il a de même rappelé les facteurs que l’on ne peut ignorer tels les taux encore très élevés de contaminations et les pronostics selon lesquels ces chiffres ne sont pas près de baisser prochainement.

Malgré cela, il faut continuer d’avancer, en mettant toutes les chances de notre côté et en appliquant tout ce qui est possible en termes de mesures sanitaires.

L’enseignement en hybride est un modèle que nous avons amélioré dernièrement, poursuit-il. Est-il idéal ? Certes non, mais nous avons à relever ce challenge, sans quoi nous serions obligés d’enseigner juste la moitié des programmes. Ce mode hybride permet à l’élève de garder le rythme, de continuer sa progression.

Si nous devions faire des choix au niveau des programmes, nous choisirions certes la qualité, peut-être dans les petites classes certains allègements peuvent-ils se montrer nécessaires.

Dans les classes du cycle secondaire, nos élèves ont des échéances au niveau international, et nous ferons tout pour qu’ils y soient préparés.

Toutes ces décisions qui impactent notre travail sont prises de façon collégiale, entre la direction, les parents et les éducateurs, cette pandémie nous ayant appris à ne pas prendre de décisions hâtives et à se montrer disposé à faire évoluer les solutions.

 

Pour ceux qui ont choisi l’enseignement exclusivement à distance pour leurs enfants

Il est sûr qu’il faut que chacun puisse s’adapter ; mais il est aussi vrai qu’un élève a besoin d’être évalué. Il y aura ainsi des moments où les élèves devraient être mis en conditions d’examen. De notre côté, nous avons aménagé six salles pouvant les accueillir. Nous assurons de cette façon l’équité entre nos élèves. N’oublions pas que l’éducation et la réputation de notre Collège sont un capital unique que nous léguons à nos enfants.

 

L’enseignement entre dans sa phase numérique

L’expérience du Corona a de toute évidence bousculé nos habitudes et a induit des pratiques que nous avons adoptées, chacun à son niveau. Avec le retour à la normale, il est impensable d’abandonner tous les outils que nous avons testés cette année. Certains sont très prometteurs. La majorité des enseignants se sont montrés inventifs en matière d’enseignement à distance. Les crises sont le temps de l’évolution, elles peuvent être utiles et l’occasion d’améliorer les pratiques professionnelles. Certains parents réclament de donner la possibilité aux élèves d’être équipés de matériel numérique à l’école (tablettes, téléphones, connexion internet ouverte) ; nous pourrions éventuellement revoir cette possibilité, mais avec un matériel propre au Collège et un accès internet limité au scolaire et au culturel. Mais avant cela, nous avons besoin d’une expertise et d’un vrai plan de numérisation du Collège.

 

Dispositions du Collège pour assurer un milieu de vie sain

Nous avons engagé une compagnie de nettoyage et fait appel à des spécialistes du nettoyage en milieu hospitalier pour être sûrs de la qualité du nettoyage. Mais, on ne peut pas dire que cela est suffisant. En même temps, j’ai eu la possibilité d’observer nos élèves durant les deux semaines de présence en octobre et je peux dire qu’ils font preuve de discipline et d’un formidable sens des responsabilités.

Nous avons également suivi ce qui se fait à ce niveau en Europe et aux Émirats, et nous sommes conscients qu’en ouvrant les écoles on prend des risques.

 

L’enseignement à distance et les gestes barrières dans les toutes petites classes

Chez les plus jeunes, l’expérience du distanciel n’a pas été concluante. Les apprentissages de base, qui, nous le savons bien, déterminent tout le parcours scolaire, sont difficiles à acquérir et évaluer à distance. Cela dit, la formule idéale n’a pas encore été trouvée. Il y aura certainement un retour sur les notions de base, une fois les choses rentrées dans l’ordre.

 

Activités, Centre Sportif et vacances de Noël

Nous sommes tenus d’appliquer les consignes données par le gouvernement. L’ouverture du Centre Sportif aura lieu dès que nous en aurons l’autorisation. Nos équipes sont prêtes et nous savons combien la pratique du sport est importante pour nos jeunes. Pour ce qui est de l’ESA et des autres activités, nous reconsidérerons les choses lorsque cela serait possible. Il n’y a rien de définitif ou d’absolu.

Pour les vacances de Noël, nous gardons une constance, c’est le temps du sacré. Les vacances s’étendront du 24 décembre au 3 janvier. Nous reprendrons les cours le 4.

 

Dispositions pratiques pour les élèves malades ou qui doivent rester confinés

Quand nous avons envisagé la présence de tous les élèves pour passer les évaluations, nous savions qu’il y aurait des exceptions et que des personnes seraient malades (Covid ou autre) ce jour-là. Il y aura toujours des solutions proposées par les préfets. Je rappelle qu’ils sont à la disposition des parents, il ne faut pas hésiter à les solliciter. Nous appelons aussi les parents à se tenir de notre côté, pour nous aider à traverser cette période de la meilleure façon qu’il soit.

 

Aide financière de la France aux écoles homologuées

L’effondrement de notre économie nous a tous touchés de plein fouet. Dès l’annonce de l’aide de la France aux écoles homologuées, les parents ont été nombreux à remplir les demandes. De son côté, l’ambassade de France au Liban a eu une position claire à ce sujet : la France ne peut pas aider tout le monde. Elle a attribué les sommes qu’elle a jugé adéquates à chaque établissement après avoir étudié les dossiers présentés. Le Collège Notre-Dame de Jamhour et le Collège Saint-Grégoire ont reçu leur part jeudi (il y a quelques jours), elle s’élève à 1 325 018 750 L.L. pour les deux Collèges.

 

Nous sommes extrêmement reconnaissants à la France pour son soutien aux écoles du Liban et aux familles nécessiteuses.

Les parents doivent savoir que le Collège n’a jamais mis à l’écart un élève pour une question financière. Nous continuons de soutenir des familles, et Dieu nous envoie toujours des personnes prêtes à aider les autres.

 

Pour clôturer cette rencontre amicale avec les parents, le P. Charbel Batour a souhaité insuffler l’esprit de résistance au désespoir, au pessimisme et au marasme. Il a rappelé la capacité que nous avons à traverser les tempêtes, une grâce qui fait que l’on est capable de toujours se relever. Son souhait à l’égard de l’État : qu’il n’intervienne pas dans les affaires qui concernent les écoles privées, celles-ci ayant un statut bien différent de celui des écoles publiques, dans le sens où ce qui s’applique à l’une ne s’applique pas forcément à l’autre.

 

Retranscription proposée par NC – BCP