Le Père Recteur

Rencontre virtuelle des parents avec le recteur, P. Charbel Batour, S.J. (28.11.2020)

À l’initiative du Comité des parents, le P. Charbel Batour a consacré une heure, en retransmission directe sur Facebook, pour répondre aux interrogations des parents et apporter son éclairage quant aux questions d’actualité scolaire. D’entrée de jeu, ses maîtres-mots sont le pragmatisme dans la gestion de la Covid-19 et un engagement à l’espérance pour le Liban de demain.

 

Les conditions d’ouverture du Collège en temps de pandémie 

Le P. Charbel Batour a exposé, avec le plus grand réalisme, les conditions d’ouverture du secteur scolaire au Liban. Il a ainsi précisé que l’année en cours n’est ni ordinaire ni banale, et que la communauté du Collège a tenté de trouver les meilleures pistes en tenant compte des facteurs extérieurs et des déterminismes sanitaires ou économiques. Il a de même rappelé les facteurs que l’on ne peut ignorer tels les taux encore très élevés de contaminations et les pronostics selon lesquels ces chiffres ne sont pas près de baisser prochainement.

Malgré cela, il faut continuer d’avancer, en mettant toutes les chances de notre côté et en appliquant tout ce qui est possible en termes de mesures sanitaires.

L’enseignement en hybride est un modèle que nous avons amélioré dernièrement, poursuit-il. Est-il idéal ? Certes non, mais nous avons à relever ce challenge, sans quoi nous serions obligés d’enseigner juste la moitié des programmes. Ce mode hybride permet à l’élève de garder le rythme, de continuer sa progression.

Si nous devions faire des choix au niveau des programmes, nous choisirions certes la qualité, peut-être dans les petites classes certains allègements peuvent-ils se montrer nécessaires.

Dans les classes du cycle secondaire, nos élèves ont des échéances au niveau international, et nous ferons tout pour qu’ils y soient préparés.

Toutes ces décisions qui impactent notre travail sont prises de façon collégiale, entre la direction, les parents et les éducateurs, cette pandémie nous ayant appris à ne pas prendre de décisions hâtives et à se montrer disposé à faire évoluer les solutions.

 

Les enjeux de l'éducation au Liban, entre COVID-19 et Crise économique (16.10.2020)

Extraits des intervention du R.P. Charbel BATOUR, S.J.
invité de l'émission 7a2ak bi 2idak du 16.10.2020

 

Promo 2020 : Message du Recteur, P. Charbel Batour, S.J.

Jamhour, le 13 juillet 2020

Chers parents, chers collègues, chers élèves de la promo 2020,

Rencontres du R.P. Charbel Batour, S.J. pour plaider la cause des écoles privées (18.06.2020)

Dans le cadre de ses efforts continus pour essayer de sauver les écoles privées du sort auquel elles semblent inévitablement destinées, le Révérend Père Charbel Batour, S.J. a rencontré plusieurs hauts responsables libanais.
Sa dernière entrevue, ce matin, était avec le Président de la République, le Général Michel Aoun, auquel il a soumis une liste de propositions qui pourraient aider les écoles privées à sortir de l’impasse dans laquelle elles se trouvent :
1.    Exempter les écoles de toute mesure pénalisante que le gouvernement risquerait de prendre à l’avenir dans le cadre de ses plans économiques tels que le « Haircut » ou le « Bail-In »…
2.    Épargner tous les fonds pour l’éducation (tels que les Mutuelles de bourses scolaires…) de ces mêmes mesures mentionnées dans le 1er point.
3.    S'acquitter envers les écoles semi-gratuites des sommes qui leur sont dues par l'État libanais depuis 2016. Ces sommes représentent les contributions de l’État à ces écoles.
4.    Sommer la Sécurité Sociale de verser les sommes dues, depuis plus de 5 ans, aux établissements d'enseignement privé, surtout les plus grands parmi eux.
5.    Appliquer la loi n° 210 (du 26/05/2000) dans son intégralité : Cette loi consiste en l'exonération de toutes les communautés religieuses reconnues au Liban, et des instances morales qui y sont liées, de toutes taxes et redevances.
6.    Exempter les écoles de toutes taxes municipales, en application de la même loi susmentionnée (qui était appliquée jusqu'en 2010 implicitement - article 3, paragraphe 7).
7.    Accorder des prêts, à taux d’intérêt négligeable, aux écoles privées, par le biais de la Banque Centrale, afin de sauver ces établissements de l’effondrement total et de la faillite.

Lettre du P. Recteur : Échéance de fin d’année et 3ème versement de l’écolage

Le Père Recteur
JR/4030/20

Jamhour, le 18 mai 2020

Aux parents d’élèves du CNDJ et du CSG
Objet : Échéance de fin d’année et 3ème versement de l’écolage

Chers parents,

J’ai beaucoup hésité avant de vous écrire : la situation sanitaire et économique de notre pays nous laissant dans l’incertitude totale. Mais le temps presse et nous nous devons de fixer quelques points de repère pour terminer cette année scolaire.

La question suivante nous est posée à longueur de journée : quand l’année scolaire prendra-t-elle fin pour les élèves de Jamhour? La réponse est simple : quoi qu’il arrive, le Collège continuera à suivre ses élèves à distance jusqu’au 15 juillet. Beaucoup de cours seront certainement achevés bien avant cette date. Mais la date butoir du travail scolaire (approfondissement des contenus des cours, fiches de révision, évaluations formatives, etc.) sera le 15 juillet. Les différentes mesures relatives à l’épreuve orale de français de la classe de Première seront communiquées ultérieurement. De plus, nous espérons pouvoir organiser une cérémonie de départ pour les classes de Terminale dès que la situation sanitaire du pays le permettra, même si l’on est obligé de le faire en septembre prochain avec les élèves qui seront restés au Liban.

Les conseils de classe de fin d’année et les décisions académiques qui en découlent seront reportés à l’année prochaine. Le passage de classe sera exceptionnellement accordé cette année à tous les élèves du Collège. En effet, nous n’avons ni le temps ni les éléments nécessaires pour évaluer le rendement réel de nos élèves. L’enseignement à distance aura été optimal pour maintenir un minimum de travail scolaire. Toutefois, il est loin de suffire pour évaluer le degré d’assimilation des différentes notions. À distance, les examens et les évaluations chiffrés ne seraient ni justes ni objectifs vu que nos élèves sont souvent « assistés » par d’autres !

Pour toutes ces raisons, et si la situation du pays le permet, la rentrée scolaire 2020-2021 aura lieu plus tôt que prévu. Les élèves seront au Collège dès les premiers jours du mois de septembre. Ils auront quelque 4 semaines pour approfondir le contenu de l’enseignement assuré à distance. Ils seront évalués à la fin de cette période pour que l’on puisse les accompagner et les aider à combler leurs éventuelles lacunes.

Lebanon’s ‘Pillar’ of Catholic Education at Risk of Collapsing

World |  May. 29, 2020
Doreen Abi Raad

BEIRUT — Catholic education — long one of the pillars of Lebanese society — is in danger of collapsing due to the country’s dire economic crisis.

A public letter to the president of Lebanon, signed by the General Secretariat of Catholic Schools in Lebanon sounded the alarm, warning that 80% of the country’s Catholic schools are at risk of closing for the coming school year “because of the economic situation and the neglect of the state in the performance of its duties.”

“This forced closure will force hundreds of thousands of students” to resort to public education, “not to mention the loss of jobs by tens of thousands of teachers, employees and workers, and to the increase in unemployment and poverty in the country,” the letter stated. “This danger touches on the very essence of Lebanon's identity and mission.”

Lettre Pâques 2020

Le Père Recteur
JR/4029/20

Jamhour, le 9 avril 2020

Aux élèves et aux éducateurs du CNDJ et du CSG

Chers élèves, chers éducateurs,

Je vous écris ces quelques lignes pendant les derniers jours de la Semaine Sainte, les jours où nous étions, dans tous les cas, censés être en vacances pour nous préparer à Pâques, la Grande Fête ou la Fête des fêtes. Depuis la fin du mois de février, le Collège s’est transformé en un no man’s land, une situation que nous n’avons jamais connue auparavant. À votre retour, vous constaterez que la forêt de Jamhour a été fortement endommagée à cause de la tempête-tornade, qui a frappé de plein fouet la Colline le 12 mars dernier. Quelque 450 arbres ont été déracinés ou brisés ; de nouvelles clairières ont vu le jour, surtout entre le Petit Collège et le Grand Collège. En revanche, le printemps est au rendez-vous et les belles couleurs des plantes, des arbres et des fleurs habillent notre campus. J’espère que vous n’allez pas trop tarder à rentrer pour profiter de la beauté de ce paysage.

Par ailleurs, j’espère que le travail à distance se poursuit bien. Je suis bien conscient que l’enseignement par internet n’est pas la formule idéale pour faire école, sinon on aurait dû fermer les écoles depuis l’apparition d’internet. L’école, surtout Jamhour, ne se réduit guère à l’instruction. Notre Collège est d’abord un lieu de vie ! À côté du travail scolaire classique, le Collège constitue, pour vous tous, un lieu de relations multiples, d’épanouissement social, de sport, de scoutisme et d’activités diverses. Dans notre confinement, nous attendons avec impatience le jour où nous rentrerons pour achever cette année scolaire, qui aura été, du début à la fin, une année de défis à tous les niveaux.

J’ai un conseil à vous donner ou plutôt à répéter : ne prenez pas à la légère vos études actuelles. Ce que vous ne faites pas pendant ces jours de confinement, tôt ou tard vous devrez le faire. Il vaut mieux profiter de cet enfermement sanitaire pour compenser, autant que faire se peut, ce que nous perdons des jours scolaires. Les élèves qui ne prennent pas à cœur leurs études pendant la période de confinement peineront beaucoup à l’avenir et risqueront de traîner un retard sur plusieurs mois.

Le R.P. Charbel S Batour S.J. invité de l'émission "Darouré nehké" (27.04.2020)

Quel sera le sort de l'année scolaire 2019/2020?
Comment les écoles font-elles face aux crises qui frappent le pays?
Le R.P. Charbel S Batour S.J. répondra à ces questions dans l'émission "Darouré nehké" ce soir, lundi 27 avril, à 21h45 sur la OTV.

 

À tous les élèves du CNDJ et du CSG : Congé forcé dû au Coronavirus

Le Père Recteur
JR/4025/20

Jamhour, le lundi 2 mars 2020

Chers élèves,

Je vous adresse cette lettre au moment où le Collège a suspendu les cours à cause de l’épidémie du Coronavirus. J’espère que vous la lirez attentivement, car elle est adressée à vous personnellement en cette période où vous allez être absents pour quelques jours, voire quelques semaines. Pour vous dire la vérité, 2019-2020 aura été une année d’une difficulté sans pareil. Après l’arrêt des cours qui a suivi le 17 octobre, nous n’avons pas tardé à ressentir le poids de la crise monétaire et économique pour être secoués, ces derniers temps, par le problème du Coronavirus qui touche le monde entier.

Nous pouvons être tentés de prendre ces jours de vacances forcées comme des jours de repos et de loisir. C’est le danger qui nous guette ! Je vous vois continuer votre vie comme si de rien n’était : des heures et des heures passées dans les centres commerciaux, l’usage fréquent des taxis, des anniversaires dans des restaurants ou des hôtels, des jours passés au ski, etc. Peut-être n’est-ce pas le cas de tout le monde, mais c’est sans doute le cas d’un bon nombre d’entre vous.

Chers amis, les temps sont exceptionnels ; et aux temps exceptionnels, une attitude et un comportement exceptionnels sont requis. Vous êtes certainement libres de disposer de votre temps comme vous le voulez, mais je dois, en tant que chef d’établissement, vous rappeler que nous sommes tous, vous, le Collège et vos parents, responsables de l’année scolaire en cours, qui est vraiment en danger.

Campagne internationale de collecte de fonds pour le Collège Notre-Dame de Jamhour

Le Père Recteur
JR/3995/19

Aux Anciens Élèves et aux Amis du Collège Notre-Dame de Jamhour :
Objet : Campagne Internationale de Collecte de Fonds.

(version pdf)

Jamhour, le 19 décembre 2019

Chers Anciens et Anciennes,
Chers Amis du Collège,

 

Je vous lance cet appel à un moment délicat de notre histoire en tant qu’institution et en tant que nation. Comme vous le savez tous, notre pays traverse une crise économique sans précédent depuis la Première Guerre mondiale. Ici n’est pas le lieu de vous en exposer les raisons ; vous les connaissez tous. Je pars surtout d’un constat actuel : le pays est au bord du gouffre économique.

De fait, le système bancaire, colonne vertébrale de l’économie libanaise, est quasiment paralysé. Les liquidités se faisant de plus en plus rares, les dépositaires ont perdu la liberté d’usage de leur argent. Désormais, il existe deux taux de change du dollar américain : le taux officiel dans les banques et le taux des bureaux de change. Le citoyen libanais est touché par la hausse significative des prix dans tous les commerces. Les entreprises licencient leurs employés et ferment les unes après les autres. Le matériel médical et chirurgical n’est plus disponible en quantité suffisante dans les hôpitaux. Les différents secteurs économiques subissent, eux aussi, de plein fouet les retombées de cette crise aiguë.

Aussi les écoles sont-elles loin d’être épargnées. Au Collège Notre-Dame de Jamhour et au Collège Saint-Grégoire, un nombre croissant de familles sont dans l’impossibilité de régler les frais de scolarité de leurs enfants. Beaucoup de parents se retrouvent à la fin du mois avec un salaire réduit ; certains sont sur le point de perdre leur travail ou l’ont déjà perdu. Nombreux sont ceux qui sollicitent, pour la première fois, une aide de la part du Collège, pour que leurs enfants puissent y poursuivre leur scolarité. D’aucuns n’osent même pas demander de l’aide et ce, par dignité ou par manque d’habitude. C’est du jamais-vu dans l’histoire de notre Collège !

Pages