Les pères jésuites

Les pères jésuites

Concert de Chants Spirituels au Collège Saint-Grégoire (26.09.2020)

Concert de Chants Spirituels au Collège Saint-Grégoire (26.09.2020) (Youtube)

 

Quand une icône libanaise du chant spirituel donne un récital en mémoire des victimes de l'explosion du Port de Beyrouth, l'on peut s'imaginer l'émotion qui saisit les spectateurs, en présentiel ou à distance...

Mais combien plus forte, voire indescriptible, est l'émotion quand il s'agit de Mme Joumana Mdawar, dont la voix et les chants sont à eux seuls une magnifique prière, et que de surcroît le récital de chants spirituels est donné depuis le Collège Saint-Grégoire, ce cœur battant de Beyrouth fortement stigmatisé par le tragique événement du 4 août dernier...

C’est dans cette atmosphère de dénuement recueilli et de douce espérance que, le samedi 26 septembre 2020 à 19h, via une retransmission en direct du Collège Saint-Grégoire (sur Télé Lumière et la page Facebook du Collège Notre-Dame de Jamhour), le Révérend Père Recteur Charbel Batour S.J. a inauguré, en présence d'une quarantaine de membres de la famille de Jamhour et Saint-Grégoire, le récital donné par Joumana Mdawar.

Le recteur a d’abord passé en revue les images de mort et de destruction qui ont marqué à tout jamais les esprits des Libanais, puis il a rendu un vibrant hommage à tous ceux qui ont perdu la vie, dont 7 membres de la famille de Jamhour (Alexandra NAGGEAR, Krystel EL ADM, Delia GUEDIKIAN PAPAZIAN, Hala SABBAGH TAYAH, Jean-Marc BONFILS, Fady NAIM, Jean-Frédéric ALAM), mais aussi à tous ceux qui ont été touchés dans leur chair, dans leurs propriétés, ceux qui ont tout perdu, ceux qui, en désespoir de cause, ont dû plier bagage et quitter définitivement le pays… Sans s’attarder sur les nombreuses causes du mal qui déchire notre pays (négligence, manque de responsabilité, indifférence, ou attaque préméditée…), le Père Recteur, sur un ton plein de confiance et de résilience, a invité à contempler le Christ en croix, portant notre attention sur la glorieuse lumière émanant du corps ensanglanté de notre Sauveur, assurant qu’un jour, le dernier mot ne sera ni à la haine ni à la mort, mais à l’amour et à la vie…  

Le P. Batour a ensuite chaleureusement salué la présence de Joumana Mdawar, dont il dit que l’interprétation de ‘’Haloummi ya jamilati’’ (‘’Viens ma toute belle’’, extrait du Cantique des cantiques), durant la répétition, lui a d’emblée rappelé le célèbre poème ‘’Beyrouth ya set el dounia’’ de Nizar Qabbani, et pour cause…

Avant d’enchaîner sur le récital, le Père Recteur a aussi vivement remercié le compositeur M. Joseph Khalifé, le pianiste M. Marc Abou Naoum ainsi que l’ingénieur son et lumière M. Chadi Saad (parent d’élève), grâce auxquels le concert virtuel a pu être donné sur place et ce, dans les meilleures conditions.

Décès du P. Adolfo Nicolás, ancien supérieur général de la Compagnie de Jésus

Nous apprenons avec tristesse le décès du P. Adolfo Nicolás, âgé de 84 ans, survenu le 20 mai 2020 à Tokyo. Jésuite espagnol, le P. Adolfo Nicolás a été supérieur général de la Compagnie de Jésus pendant huit ans.
30e Supérieur général, il a été élu le 19 janvier 2008 succédant ainsi au P. Peter-Hans Kolvenbach. En 2016, âgé de 80 ans, il a présenté sa démission, acceptée par le pape François. La 36e Congrégation Générale a élu pour lui succéder le jésuite vénézuélien Arturo Sosa Ascabal.

Né le 29 avril 1936 à Villamuriel de Cerrato (Espagne). Après des études secondaires au Collège jésuite de Madrid, il entre au noviciat le 15 septembre 1953. Il vit la première partie de sa formation jésuite en Espagne, avant d’être envoyé en mission au Japon. C’est à Tokyo qu’il fait ses études de théologie. Il y est ordonné prêtre, le 17 mars 1967.

Pendant ces huit années à la tête de la Compagnie de Jésus, il rappelait constamment la perspective universelle de la mission des jésuites, appelant à dépasser les limites étroites des régions, des nations, des Provinces. « Universalité » et « profondeur » sont les deux leitmotivs de son mandat.

Source : https://www.jesuites.com/deces-du-p-adolfo-nicolas-ancien-superieur-general-de-la-compagnie-de-jesus/

Faire-part

C'est avec beaucoup de regret que nous faisons part du décès du Père Alex Bassili S.J.
Le Père Bassili est décédé ce matin, le 1er avril 2020, à la Résidence de Beyrouth.
Il était âgé de 75 ans, dans sa 55e année de vie religieuse et sa 41e année de service presbytéral.
Les obsèques auront lieu dans la plus stricte intimité.
Quand la situation sanitaire du pays le permettra, une messe publique sera célébrée pour son repos éternel
et comme action de grâce pour sa vie riche, vouée au service des autres.

 

L'Orient-Le Jour : Le P. Alex Bassili s.j. est parti au terme d’une vie « pleine de services discrets »

Fady NOUN | OLJ  - 03/04/2020 - Liban

Le P. Alexandre Bassili s.j., 75 ans, est décédé le 1er avril 2020 à l’infirmerie de la résidence des pères jésuites, rue de l’Université Saint-Joseph, au lendemain d’une hospitalisation de près de trois semaines, d’abord à l’hôpital Rafic Hariri, ensuite à l’Hôtel-Dieu. Détecté positif au coronavirus, il semblait pourtant, au terme de sa longue hospitalisation, être tiré d’affaire et avoir surmonté ses symptômes viraux.

Ce n’est pas vraiment le Covid-19 qui a emporté le P. Alex, au terme de 50 ans de vie religieuse, mais les complications qui ont accompagné son hospitalisation et son affaiblissement conséquent, assure son entourage. Originaire de Zahlé, le P. Alex était en effet atteint depuis des années de la maladie de Parkinson dont les effets sur la motricité étaient compensés par un appareillage sophistiqué. On pense que c’est l’impossibilité d’entretenir cet appareillage durant son hospitalisation et l’essoufflement dû à l’usage des respirateurs qui auraient entraîné la mort, par défaillance cardiaque, d’un homme que ses amis jugeaient « droit dans ses bottes ». Son inhumation s’est faite en toute discrétion, a annoncé la Compagnie de Jésus, qui réserve à des temps meilleurs des condoléances dans les règles...

Henri de Lagrevol, un grand éducateur au Collège Notre-Dame de Jamhour

C’est le titre de l’ouvrage publié par le Collège Notre-Dame de Jamhour à l’occasion des quarante années qui nous séparent de la disparition de ce jésuite, éducateur.

Une cérémonie en hommage au P. de Lagrevol a réuni, samedi 4 janvier 2020, ses anciens élèves qu’il a profondément marqués par son enseignement et par sa personne, et la direction du Collège.

La parution de l’ouvrage, qui retrace la vie du père Henri de Lagrevol à travers ses écrits et quelques témoignages, a été parrainée par M. Riad Obegi et réalisée par le Bureau de Communication et de Publication du CNDJ.

 

Trois intervenants ont pris tour à tour la parole :

Semaine jésuite 2019 : Coup d’envoi

Coup d’envoi de la Semaine Jésuite 2019
 

Au Collège, la 1re semaine de décembre est marquée depuis près de dix ans par la Semaine Jésuite. Cette semaine raffermit les liens entre la communauté des Pères et leurs élèves, faisant connaître chaque année un aspect de ce qui anime l’ordre des Jésuites.

La Semaine Jésuite 2019 est placée sous le thème de l’éducation, avec une réflexion autour d’une pensée de Saint Alberto Hurtado s.j. « Il est plus facile d’enseigner que d’éduquer, parce qu’enseigner, c’est transmettre un savoir alors qu’éduquer, c’est apprendre à être. »

 

Le P. Denis Meyer a expliqué le thème aux délégués des classes complémentaires, réunis dans le hall des 5e. Le P. Charbel Batour, pour sa part, a interrogé les élèves sur le sens de l’éducation jésuite en se référant à un très large réseau de plus de 2500 institutions réparties sur les 5 continents, 2 500 000 élèves dans des écoles fondées dès le XVIe siècle. Lire : http://www.ndj.edu.lb/pedagogie-jesuite-excellence-encouragement-2013

 

الرئيس عون استقبل مدير مدرسة سيدة الجمهور الأب شربل باتور مع وفد من الآباء اليسوعيين

الرئيس عون استقبل مدير مدرسة سيدة الجمهور الأب شربل باتور مع وفد من الآباء اليسوعيين الذين عرضوا مع رئيس الجمهورية الواقع التربوي الراهن.
كما شكروه على مواساتهم بوفاة الأب جان دالميه الذي منحه الرئيس عون وسام الأرز الوطني من رتبة كومندور تقديرا لعطاءاته التربوية والاجتماعية.

Messe des funérailles du R.P. Jean Dalmais, S.J.

[Dimanche 1er septembre 2019]

L’émotion a régné sur la Colline en cette journée d’adieu au P. Jean Dalmais, où une foule très dense a associé sa peine à celle de la Communauté Jésuite et de la famille du Père Dalmais, rendant par sa présence un hommage appuyé à celui qui a consacré sa vie à l’éducation et au Liban.

Faut-il rappeler l’engagement du P. Dalmais auprès de nombreuses générations au Collège ou encore son engagement pour notre pays durant les années les plus difficiles de la guerre ? Sa présence bienveillante et assidue auprès des mouvements qu’il a accompagnés ?

La vie du P. Dalmais fut celle d’un missionnaire accomplissant chaque jour le dessein que le Seigneur a voulu pour lui.

À 17h, l’église du Collège peinait déjà à contenir les nombreux présents. Aux côtés de la communauté jésuite, des représentants de communautés religieuses, des évêques, les représentants du chef de l’état, le député Alain Aoun, et du chef du gouvernement, M. Daoud Sayegh, se sont associés aux obsèques, ainsi que l’ancien président S.E.M. Amine Gemayel, Mme Salina Grenet-Catalano, représentant l’Ambassadeur de France, M. Karim Ben Cheikh, consul général de l’Ambassade de France et M. François Abi Saab, conseiller de l’ambassadeur de l’Ordre Souverain de Malte.

La cérémonie, présidée par le Provincial de la Compagnie de Jésus, le R.P. Dany Younès, avec, à ses côtés, les jésuites de la Province du Proche-Orient et le R.P. Xavier Brac de la Perrière, neveu du P. Jean Dalmais, a été animée par la chorale et l’orchestre de Jamhour avec le recueillement qui sied en cette circonstance.

Le recteur, P. Charbel Batour S.J., a choisi et lu l’Évangile de Saint Matthieu sur la parabole des talents, un texte que le père Dalmais affectionnait particulièrement, avant que le P. Denis Meyer S.J. prononce son homélie dans laquelle il a établi un parallèle entre les serviteurs dans cette parabole et le P. Jean Dalmais. [Homélie Texte intégral]

L'Orient-Le Jour : Jean Dalmais, l’esprit du Liban-message

Agenda > Hommage
Général Khalil HÉLOU | OLJ - 17/08/2019

Les réseaux sociaux se sont activés le jour de l’Assomption suite à la nouvelle du décès en France du père Jean Dalmais, pilier de la Compagnie de Jésus au Liban.

Mes premiers contacts avec le RP Dalmais remontent à 1978, lors de mon bref cheminement dans l’enseignement scolaire sur les bancs du Collège Notre-Dame de Jamhour (CNDJ) [1978-1982]. Le RP Pierre Madet en était alors le recteur et le RP Jean Dalmais le préfet.

C’était juste après la guerre des cent jours qui avait opposé les résistants libanais aux forces d’occupation syrienne, durant laquelle les régions de Baabda, Hadeth, Aïn el-Remmané et Achrafieh, entourant le collège, avaient subi les pires bombardements de l’histoire du Liban. Inutile de dire qu’en de telles circonstances, il fallait une volonté solide pour relever le CNDJ. Le RP Dalmais programmait l’enseignement qui n’avait pas lieu au quotidien faute d’élèves et d’enseignants, compte tenu des circonstances sécuritaires.

J’étais alors étudiant en 5e année à la faculté de pharmacie de l’Université Saint-Joseph et j’avais été sollicité par le RP Madet pour assurer l’enseignement de chimie dans les classes secondaires en remplacement de Mme Manolli. Nous étions plusieurs enseignants de Baabda à assurer l’enseignement aux élèves des classes secondaires qui seuls venaient au collège, dont Robert Courson, Assaad Hajjar, Habib Kassis, Raja Boulos, Joseph Abou Chacra, Amale Harfouche et moi-même.

C’était une vraie aventure que de passer chaque jour les points de contrôle syriens à proximité du collège. Dalmais menait la danse auprès de Pierre Madet. L’équipe du CNDJ de l’époque ne manquait pas d’hommes responsables et solides, notamment les RRPP Charvet, Maillet, de Guilhermier, Lagrevol, avec Bernard de Bonnevigne et Jacques Triolet, qui remplissaient de vie le CNDJ alors que, tout autour, l’ambiance était loin d’être idéale. Nous sentions que nous étions en train de défier ceux qui voulaient tuer le pays... et c’était vraiment le cas...

Lire la suite :https://www.lorientlejour.com/article/1182894/jean-dalmais-lesprit-du-li...

Pages