Promo 2020 : Message du Recteur, P. Charbel Batour, S.J.

Printer-friendly versionSend by emailPDF version

Jamhour, le 13 juillet 2020

Chers parents, chers collègues, chers élèves de la promo 2020,

C’est la première fois dans l’histoire du Collège où je m’adresse à une promotion qui est aussi la mienne et celle de tout le monde et non seulement la promo des élèves de Terminale. Nous avons tous été, en quelque sorte, élèves de cette promo, car nous avons tous été dans la posture de celui ou de celle qui apprend. Nous avons appris des choses inattendues et parfois douloureuses, des choses plus importantes que les matières enseignées traditionnellement à l’école. 2019-2020 est, contrairement à ce que l’on a tendance à croire, l’année de l’apprentissage par excellence. Nous avons appris beaucoup de leçons importantes à l’école de la vie. Je souhaiterais en mentionner trois d’une importance majeure : citoyenne, sanitaire et économique.

Leçon citoyenne : Nous avons appris qu’il ne suffit pas de descendre dans la rue pour protester, de faire un diagnostic précis sur les maux fondamentaux de notre pays : corruption, irresponsabilité, déloyauté, fourberie, népotisme, hypocrisie et j’en passe… Il faudrait faire davantage et peut-être autrement. Le fameux slogan كلن يعني كلن (‘’Tous, c’est-à-dire tous’’) était important à un moment donné pour mobiliser la population libanaise mais il reste tronqué quelque part ; il fallait aller plus loin. Dénoncer le mal, c’est nécessaire, mais peut-être un peu facile ; agir contre le mal, sans faire le mal, sans tomber dans le piège du mal, c’est la tâche qui est de loin la plus difficile. Durant cette année scolaire, nous avons réussi à faire un bon diagnostic de la situation dans laquelle se trouve notre société, mais nous ne sommes pas encore parvenus à mener une action qui engagerait cette même société sur la voie du changement réel. Je pense que le chemin qui mène à ce changement passe nécessairement par la conscience que كلن يعني كلنا (‘’Tous, c’est-à-dire nous tous’’) ou mieux كلنا يعني كلنا (‘’Nous tous, c’est-à-dire nous tous’’). Nous sommes appelés à nous reconnaître responsables des maux qui ont ruiné notre société et dont personne ne peut prétendre être innocent. Même notre inaction politique durant des années, voire des décennies, doit être reconnue comme une compromission politique et citoyenne au détriment de la construction d’un vrai État. Chers élèves de la promo 2020, il vous incombe la tâche de faire mieux que les générations précédentes, d’œuvrer pour un changement réel de notre société et de notre pays. Ne vous contentez guère de chanter, après les autres, quelques slogans, mais travaillez courageusement à bâtir un pays qui se trouve en mal d’être depuis bien longtemps.

Leçon sanitaire : Cette année était et reste encore l’année du Covid-19 par excellence. Ce virus, qui s’est répandu à travers le monde et qui a paralysé notre vie pendant quelques mois, a été pour nous le « grand maître ». Cet arrêt forcé de notre vie effrénée nous a permis de réfléchir, de nous recueillir, de ralentir le rythme fou de notre vie quotidienne… Il nous a fait réaliser combien nous sommes partie intégrante d’un même monde, d’une même planète que nous avons tous la responsabilité de protéger. Notre maison commune, pour emprunter une expression du Pape François, est menacée par une créature invisible à l’œil nu, mais qui met en danger la vie de tout un chacun. Ce virus nous a fait découvrir l’importance de la vie en tant que telle, la vie des êtres chers, la vie des personnes fragiles et il nous a aussi donné la conscience du caractère éphémère de notre vie. Le Covid-19 nous a fait redécouvrir l’importance d’une hygiène saine. Nous avons été enracinés davantage dans notre tradition de « propreté à la libanaise », la pandémie nous poussant à aller plus loin dans la protection et dans la propreté de notre environnement. Le monde dans lequel vous allez vivre, chers élèves, est un monde qui va être en permanence menacé par les virus, Covid-19 ou autres. À vous de réinventer la vie de demain, qui sera sûrement une vie plus saine, moins polluante et plus soucieuse de la santé humaine et animale en général. 

Leçon économique : 2019-2020 aura été l’année de l’effondrement du système économique de l’après-guerre libanaise… Cette année est non seulement dure à cause des difficultés quotidiennes en lien avec les services bancaires, l’instabilité des taux de change ou le chômage, etc. Elle est surtout dure quand nous réalisons à quel point nous avons été dupes du système économique en croyant à la surenchère des taux d’intérêt et à une économie basée sur un endettement effréné alors que la productivité locale est presque inexistante. Désillusion aussi nécessaire que pénible ! Désabusement de voir crouler notre économie bâtie sur un déséquilibre flagrant entre dépenses et productions. Dorénavant, nous allons vivre, comme la majorité des peuples de cette planète, avec plus de réalisme économique, moins de luxe, moins d’apparences vaines et plus de simplicité au quotidien. Le pays dans lequel vous allez vivre, chers élèves, ne sera plus le Liban que vos parents ont connu. Il renouera davantage avec le Liban d’autrefois, le Liban de la simplicité, le Liban de l’authenticité… un Liban plus humain et moins mondain, mais il vous restera beaucoup à faire, là où vous serez… à la fac ou sur le marché du travail, dans votre foyer ou parmi vos amis et vos connaissances… Le Liban renaîtra autrement car le Liban est une réalité humaine, une entité, à la limite spirituelle, qui ne mourra jamais, contrairement à ce que vous entendez dire à longueur de journée.

Enfin, je voudrais vous féliciter d’avoir joué, cette année, le jeu jusqu’au bout, malgré les circonstances difficiles et malgré l’arrêt forcé des cours. Vous avez confirmé la tradition d’excellence qui continue de caractériser cet établissement. Votre réussite au Bac et le taux des mentions pour une promotion de 263 élèves sont la preuve que vous serez Jamhouriens jusqu’au bout. 

Permettez-moi de conclure par une exhortation fraternelle. Je m’adresse à vous, non en tant qu’élèves, mais plutôt en tant qu’anciens élèves et amis. Ne vous laissez pas envahir par un sentiment de désespoir à l’égard de votre pays. Ne prêtez pas l’oreille à ceux qui vous font douter du Liban jusqu’au dégoût. Comme vient de le dire Vladimir Khoury dans son discours : « poursuivez votre résilience, votre détermination et la nécessité de vous adapter à toute situation pour vaincre l’adversité ». Chers amis, nous n’avons pas le droit de désespérer de notre pays, c’est notre responsabilité commune. Il est vrai que les temps sont très durs. Il est vrai que nous ne croyons plus à notre système politico-économique. Il est vrai que la conjoncture internationale n’est plus en faveur du Pays du Cèdre mais il n’en demeure pas moins que les temps vont changer. C’est d’ailleurs la nature même du temps : le changement. Le Liban redécouvrira son dynamisme humain, social et même spirituel. Faites taire les voix négatives autour de vous et ouvrez-vous à la voix qui vous donne courage, confiance et amour pour votre pays et pour son peuple malgré tout. Le Liban a besoin de chacun et chacune d’entre vous là où vous serez. Arrêtez de critiquer pour critiquer et passez à l’action, cachée, patiente, déterminante et stratégique pour la construction de votre avenir. Le Liban de demain dépendra de tout effort sincère que vous ferez dorénavant : soyez à la hauteur !

Vive la promo 2020 !

Vive le Liban !

P. Charbel Batour, S.J.
Recteur