Mot de la Promo 2020, prononcé par Jean-Vladimir el Khoury

Printer-friendly versionSend by emailPDF version

Mesdames et Messieurs,
Chers Camarades de la Promo,

 

Bonsoir,

Aujourd’hui j’ai le cœur serré en regardant derrière moi. Tous réunis à Jamhour, une dernière fois, sur le point de quitter la salle de classe et les tableaux verts, sur le point de fermer un chapitre de notre vie et d’entrevoir ce qui nous attend, après, ensuite… de l’autre côté.  Aujourd’hui nous éprouvons déjà la nostalgie de la cour de récré puisque nous prenons notre envol.

Certes, les conditions que nous vivons ne sont pas idéales et je ne saurais ignorer la crise que traverse le pays. Ce n’est pas le monde dans lequel nous aurions espéré évoluer ; mais de ces 13 années à Jamhour et en particulier de cette dernière, nous aurons au moins appris la résilience, la détermination et la nécessité de nous adapter à toute situation pour vaincre l’adversité.

Je pense être le porte-parole de tout le monde ici présent lorsque je dis que cette année ne s’est pas déroulée comme nous l’avions espéré. Les générations qui nous ont précédés nous racontaient les « légendes » propres à la classe de Terminale ; nous les écoutions avec une telle passion que nous étions pressés d’y arriver, des projets plein la tête, prêts à déplacer monts et montagnes pour les accomplir. En réalité, nous comprenons aujourd’hui que ce n’était pas l’essentiel : ce qui a déjà été accompli étant bien plus fondamental.

En remontant le temps, je revois donc notre première rentrée, lorsque, après quelques larmes, nous réussissions finalement à lâcher la main de notre « maman ». 

Je revois notre passage au Grand Collège, fiers de ne plus être des « petits ».

Je revois notre promotion, l’année de 4e, réunie à Barcelone, lors des vacances de Pâques.

Je revois la fierté de nos parents lorsque nous décrochions ce fameux Brevet et aujourd’hui, le Bac. Je vois 264 visages, 264 sourires, fiers d’avoir vécu et survécu.

Je revois 13 années où nous avons grandi ensemble, où nous avons découvert qui nous sommes, qui l’on peut être mais surtout qui l’on VEUT être. 13 années qui aujourd’hui s’achèvent, plus rapidement que nous ne l’imaginions.

Je vois et remercie chaque enseignant et éducateur qui nous a accompagnés, qui nous a marqués et qui nous a permis de mûrir un peu.

Mais après cette année difficile, après tous les défis qu’ensemble nous avons relevés, je vois surtout ces murs auxquels nous nous sommes attachés. Cet attachement, témoin de notre appartenance à quelque chose de plus grand que soi, à une communauté, à une famille, à une maison… Et nous nous apprêtons aujourd’hui à quitter cette maison, le cœur lourd et bercé de souvenirs. Nous quittons notre enfance et notre adolescence que nous reverrons défiler, dans quelques années, en passant par la Cour de la Vierge. Nous quittons une partie de nous, gravée à jamais dans nos mémoires. Nous quittons ce Collège reconnaissants.

Je ne peux mettre un point final à ce discours sans évoquer Michel Sardou dans sa chanson qui me donne des frissons chaque fois que je l’écoute : « Mes chers parents, je pars, Je vous aime mais je pars, je ne m’enfuis pas, je vole ».

Nous voilà donc, les 264 astronautes de la promotion 2020, sur le point de nous envoler vers de nouveaux horizons tout en gardant à l’esprit le moment de revoir la Colline…