Allocution de Monsieur le député Alain Aoun

Printer-friendly versionSend by emailPDF version

Allocution de Monsieur le député Alain Aoun,
représentant du Président de la République Libanaise,
aux obsèques du P. Dalmais

Mesdames et Messieurs,

​Ce soir, le Liban et la France disent, ensemble, un ultime au-revoir au Révérend Père Jean DALMAIS. Celui qui, un jour, « quitta son pays et la maison de son père, pour un pays que l’appel lui avait montré», et l’amitié de compagnons libanais. Ce fut depuis 57 ans de vie religieuse, essentiellement au Liban. Ainsi est-il devenu libanais.

Il se l'était promis, comme un défi infini. Et il fut pendant les années de guerre, résistant ; pendant les années de paix, fondateur et refondateur.

C’est ce compagnon de route qui nous quitte, celui qui a appris à tant de jeunes la vérité de leur existence, avec une intensité particulière qui venait de loin. De sa foi inébranlable. Son intonation libanaise reconnaissable entre toutes s’est installée dans tant de vies. C’est par elle qu’il s’est créé son identité libanaise. Car tout chez lui fut œuvre de décision.

Lui que rien n'a pu faire plier, donna une voix à ceux qu'on avait voulu faire taire. Ce fut son œuvre de courage. Car la foi, pour lui, fut avant tout, non seulement la conscience d’une grâce mais plus encore l’œuvre d’un courage. 

Ce soir, cette messe de funérailles nous permet de manifester notre reconnaissance à un grand ami, un grand maitre, un grand homme de foi.

En signe de cette reconnaissance, Son Excellence Monsieur le Président de la République le Général Michel Aoun, que j’ai l’honneur de représenter, m’a chargé de remettre à sa mémoire les insignes de l’Ordre national du Cèdre du grade de Commandeur.

Au Liban, les hommes de foi, les Apôtres, ne meurent jamais ! Que cet Ordre soit le signe de notre immense gratitude, et du perpétuel souvenir !

 

Jamhour, le dimanche 1er septembre 2019