L'Orient-Le Jour : Le père Batour et l’identité nationale en devenir

Nos Lecteurs ont la Parole
Maroun B. NEHMÉ - 21/06/2018

Il y a une joie à entendre le père Charbel Batour revendiquer une francophonie militante, dont il fait un choix consenti, à l’occasion de sa récente décoration des insignes des Palmes académiques françaises. Dépassant le cadre de sa stricte mission de père pédagogue et chef d’établissements jésuites, le père Batour a franchi le seuil du questionnement avec courage et conviction. À la manière de Ricœur, il a posé une problématique majeure pour les autres et pris la peine d’y répondre longuement et complètement.

Formulée éloquemment par le père Batour, la question concerne le choix stratégique de la francophonie par la Compagnie de Jésus, et l’accusation dont elle ferait l’objet de favoriser le départ de ses élèves vers d’autres cieux une fois leur cursus scolaire terminé. Le père Batour s’est même fait l’écho de la grave accusation adressée aux jésuites d’encourager le communautarisme et de provoquer chez les jeunes générations une irréversible rupture avec l’identité nationale.
Le père Batour pense fort justement que l’identité nationale est en devenir permanent. Elle se nourrit des valeurs de la francophonie, elle-même en devenir. Et si le Liban n’aura jamais pu être ce qu’il est sans la France, l’apport de ce « Petit Liban » viendrait démentir le sévère constat de Léopold Senghor qui disait que les pays en voie de développement de la francophonie sont beaucoup du côté du « recevoir » et peu du côté du « donner ». Mieux que de donner, le Liban se donne, à travers ses jeunes générations. Il est dans la consécration du « soi-même comme un autre ». Mais les acteurs de la francophonie locale, libanais et étrangers, doivent aussi savoir que l’autre soi-même, plus proche mais moins aisé, est cet autre Liban de moins en moins francophone. Ils doivent aussi aller à sa rencontre, sur le long chemin d’une identité réconciliée.
Une francophonie de l’avenir, humaniste, ouverte et accueillante, à l’antipode de l’exclusion, favorisera assurément un « au Lieu de Soi » augustinien.