Sélectionné pour vous

Sélectionné pour vous

Le Figaro Magazine : Peut-on débrancher nos enfants ?

Tablettes, smartphones, ordinateurs... Les écrans sont partout.   Entravent-ils durablement le développement affectif, intellectuel et social de nos enfants ou bien renforcent-ils leur capacité de déduction, leurs réflexes, leur ouverture sur le monde ? Nous avons enquêté, sans parti pris, auprès des psychologues, parents, éducateurs et enfants.

Par Guyonne de Montjou et Vincent Jolly (textes) et Éric Garault pour le figaro magazine (photos)

Serge Tisseron: «Le vrai problème, c'est la malbouffe des écrans»
Docteur en psychologie, psychiatre et psychanalyste, Serge Tisseron est spécialisé dans les rapports aux nouvelles technologies. Il préconise avant tout un accompagnement de l’enfant, utilisateur des écrans, plutôt qu’une simple interdiction.

Berytech : Audrey Nakad matches students to tutors with Synkers

Posted on April 8, 2017 by Berytech

Audrey Nakad first realized the importance of tutoring when she tutored fellow students at Concordia University, Canada while she was pursuing her undergrad studies in finance. “I noticed that my students not only outperformed their peers in their courses but they started liking the material after taking sessions with me” explains this young entrepreneur who came back to Lebanon six years later with an idea for a startup.

“One day my sister came to me with this problem: she couldn’t find a qualified tutor to help her out with her study material. When she did find someone, they were either super expensive or had a very busy schedule. I then realized that when I graduated from university, it was also tough for me as a tutor to get in touch with students,” recounts Audrey who then decided, with her sister, to create the Uber for private tutoring: Synkers.

L'Orient-Le Jour : Drôle de fête (10/03/2017)

Nos Lecteurs ont la Parole > Drôle de fête
 Sami RICHA
OLJ - 10/03/2017

La journée consacrée aux enseignants, eid al-moallem, en ce 9 mars, doit nous forcer à nous interroger quant à l'avenir de ce métier, en grande partie responsable de ce qui fait l'essence d'une nation, l'éducation de ses générations futures. L'ancien ministre français Jean-Pierre Chevènement disait du corps enseignant que c'est la plus grande armée du monde, après l'Armée rouge.

Ces hommes et ces femmes qui se lèvent tôt, répètent inlassablement leur savoir, gèrent des classes surpeuplées avec beaucoup de sous-doués, rentrent chez eux le soir éreintés pour corriger et préparer encore le lendemain, avec souvent leurs propres enfants auxquels ils enseignent, aussi, à la maison, tout cela pour des salaires souvent de misère, peuvent-ils néanmoins s'adapter aux défis contemporains majeurs qui les attendent dans nos classes et nos écoles ?
En effet, ce sont trois grandes questions de société qu'ils auront à gérer à l'avenir...

L’heure au soleil : les cadrans solaires

L'Orient-Le Jour Junior > Patrimoine > Liban
Patricia ANTAKI-MASSON | 23/02/2017

Pour connaître l'heure, avant l'apparition des horloges et des montres, on se servait de cadrans solaires. Partez en exploration aux quatre coins du Liban pour découvrir ces instruments devenus rares.

Le soleil rythme la vie des hommes, leurs journées et leurs activités. C'est donc en observant la course de cet astre dans le ciel que l'homme a pu mesurer le temps et ce, à l'aide d'un judicieux instrument : un simple bâton ! C'est en effet l'ombre de celui-ci qui, en balayant une surface de gauche à droite au fur et à mesure que la journée avance, permet de lire les heures, matérialisées par de simples lignes. En usage dès le IIe millénaire avant notre ère chez les Égyptiens et les Mésopotamiens (et plus tard chez les Chinois), repris par les Grecs et les Romains puis par les Arabes et le monde occidental, encore employé de nos jours, le cadran solaire dont le principe est resté le même, se décline en une variété de formes.
Au Liban, quatorze de ces dispositifs appartenant à des époques différentes ont été recensés en divers endroits, sur des sites archéologiques ou gravés sur les murs de mosquées, d'églises, de couvents ou d'écoles.

L'orient-Le-Jour : Dossier spécial orientation professionnelle

Le Point : Scolarité : et si on laissait nos ados tranquilles ?


Par Emmanuelle Piquet*, The Conversation France
Publié le 11/02/2017 à 16:22 | Le Point.fr

Les parents consacrent beaucoup de temps et d'énergie à soutenir leurs enfants dans leur scolarité. Une psychologue suggère d'y renoncer. Explications.

Jusqu'où les parents devraient-ils s'investir dans la scolarité, les activités et l'épanouissement de leurs enfants ? De nombreux psychologues et sociologues dénoncent ces derniers temps le trop-plein d'attention déployé par les « parents hélicoptères », ainsi désignés, car ils restent en position stationnaire au-dessus de leur progéniture, à l'affût du moindre de leurs besoins. La question se pose avec d'autant plus d'acuité à l'adolescence, période de l'apprentissage supposé de l'autonomie.

Philippe Torreton : « Si j’étais ministre de l’Éducation nationale, je rendrais la pratique du théâtre à l’école obligatoire ! »

Comédien engagé, Philippe Torreton aimerait que les liens entre éducation et théâtre se resserrent.

Les écrans causent des problèmes d’apprentissage

Les écrans causent des problèmes d’apprentissage

27 octobre 2016

Les écrans ont parfois des effets négatifs sur l'apprentissage et la concentration des plus jeunes. Une étude américaine propose des solutions.

Les enfants d’aujourd’hui grandissent immergés dans les médias numériques, « qui ont des effets tant positifs que négatifs sur leur développement » pour l’Académie américaine de pédiatrie. Pour « aider les familles à équilibrer la réalité et le numérique », l’AAP a publié vendredi 21 octobre une étude comprenant de nouveaux conseils sur l’usage des outils numériques.

La Croix : Le pape salue la « fidélité intègre » de l’ancien supérieur des jésuites

Le pape François a envoyé dimanche 27 novembre, un télégramme assurant de ses condoléances « les plus vives » pour la mort du P. Peter-Hans Kolvenbach, ancien supérieur des jésuites, a annoncé le Bureau de presse du Saint-Siège lundi 28 novembre. Âgé de 88 ans, le Père Kolvenbach avait dirigé la Compagnie de Jésus de 1983 à 2008.

Dans un télégramme, adressé au P. Arturo Sosa Abascal, actuel supérieur général de la Compagnie de Jésus, il évoque « la fidélité intègre » du P. Kolvenbach « au Christ et à son Évangile ». Il salue aussi son « engagement généreux » et son « esprit de service » dans l’exercice de sa charge « pour le bien de l’Église ». Le Pape invoque « la paix éternelle pour son âme ». Il souligne qu’il sera « spirituellement présent » aux obsèques de son ancien supérieur général. Le P. Kolvenbach est décédé samedi 27 novembre au Liban.

Christus : Hommage à Peter-Hans Kolvenbach s.j.

Décès de Peter-Hans KOLVENBACH, jésuite et supérieur général de la Compagnie de Jésus de 1983 à 2008

Le P. Peter-Hans Kolvenbach, jésuite et supérieur général de la Compagnie de Jésus de 1983 à 2008 est mort à Beyrouth ce samedi 26 novembre. Professeur de linguistique et maître spirituel, il est l’auteur d’un livre publié chez Lessius (collection « Au singulier ») en 1998 intitulé Fous pour le Christ, Sagesse de Maître Ignace. Mais il avait aussi écrit plusieurs articles pour Christus. En sa mémoire, nous vous proposons quelques lignes suggestives d’un article sur les mots de la prière, publié en 1995 (« Le poids des mots dans la prière », Christus 168, p. 480). Que ces mots nous aident à partager la foi et la sérénité qui l’animaient.

Pages